Présidentielle américaine: ce qui pourrait encore faire gagner Joe Biden

Clarisse Martin
·4 min de lecture
Joe Biden en meeting.  - Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Joe Biden en meeting. - Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

L'issue de la présidentielle américaine était encore incertaine ce mercredi à la mi-journée (heure française). A 13 heures, le candidat démocrate Joe Biden avait emporté 224 sièges de grands électeurs, contre 213 pour le président sortant Donald Trump, selon le décompte de CNN. Il en faut 270 pour se déclarer président élu.

Malgré une avance à cette heure au niveau du vote populaire (en nombre de voix et non en termes de grands électeurs), la victoire est encore loin d'être acquise pour Joe Biden.

"A ce stade, et ça ne devrait pas beaucoup bouger, on peut dire que Joe Biden a été élu par une majorité d'Américains mais que la loi étant ainsi faite, il pourrait perdre la présidence", notait peu après 11 heures ce mercredi notre éditorialiste politique internationale Ulysse Gosset.

Il ajoute que c'est le vote des Californiens qui a fait pencher la balance du côté démocrate du point de vue du vote populaire.

Très forte participation

Toutefois, les urnes n'ont pas encore rendu leur verdict dans plusieurs Etats dits "clés" du scrutin, en raison notamment d'une très forte participation.

Les résultats de la Pennsylvanie (20 grands électeurs), du Michigan (16), de la Géorgie (16), de la Caroline du Nord (15) et du Wisconsin (10), où les deux candidats étaient au coude-à-coude avant l'élection, sont très attendus, rapporte l'Agence France-Presse (AFP). Ces derniers Etats sont considérés comme des Etats pivots, qui peuvent faire basculer l'élection.

A titre d'illustration, la Géorgie ainsi que le Michigan comportent chacun 16 grands électeurs. Si Joe Biden emportait ces deux Etats, cela porterait donc son nombre de grands électeurs acquis à 270, ce qui entraînerait sa victoire. Alors que Joe Biden est en bonne voir pour remporter l'Arizona, autre Etat-clé, "cela veut dire qu'il pourrait par exemple se passer de la Pennsylvanie" et de ses 20 grands électeurs, souligne le spécialiste des Etats-Unis François Durpaire, consultant pour BFMTV.

Selon des estimations, à midi, 89% des suffrages avaient été dépouillés dans le Wisconsin, 78% dans le Michigan et 74% en Pennsylvanie. Le premier donnait l'avantage à Biden et les deux autres Etats de la Rust Belt penchaient davantage en faveur de Trump.

"Le mirage rouge"

Pour François Durpaire, le fait que Donald Trump a remporté la Floride a fermé la porte à une victoire "rapide" pour Joe Biden. Le dépouillement est particulièrement long cette année en raison des nombreux votes effectués par correspondance, plus de 100 millions, notamment en raison de la crise sanitaire. Un mode de vote qui est considéré comme favorable au camp démocrate.

Le spécialiste pointe la carte des Etats-Unis projetant les résultats et projections Etat par Etat. A cette heure, et malgré le fait que Joe Biden affiche une avance en termes de voix et de grands électeurs sur son rival, la carte est toujours majoritairement rouge, la couleur des républicains. Un phénomène que François Durpaire qualifie de "mirage rouge".

"Le mirage rouge, c'est cette carte rouge mais qui ne pourrait pas rester rouge jusqu'au bout, c'est-à-dire demain ou après-demain", évoque notre consultant.

L'historien s'appuie sur la Pennsylvanie, dont les résultats ne sont à cette heure pas encore connus. Le dépouillement des votes par correspondance n'avait à cette heure pas encore pu commencer dans cet Etat, en application de la législation étatique. Ainsi, il reste encore environ 1 million 400.000 bulletins à dépouiller, selon François Durpaire.

Pas de résultats jeudi soir dans certains Etats

Selon plusieurs projections envoyées à la presse avant le vote par l'équipe de campagne de Joe Biden, relayées sur Twitter par le correspondant de RTL à New York Philippe Corbé, Joe Biden pouvait espérer gagner l'élection malgré une victoire de Trump en Floride (ce qui est désormais avéré) et la Pennsylvanie (ce qui est encore en suspens), à condition de remporter l'Arizona (ce qui est le cas), le Michigan et le Wisconsin (encore en suspens), où le dépouillement est encore en cours.

Il faudra encore s'armer de patience pour le résultat final: "Plusieurs Etats ont déjà annoncé qu'ils n'auraient pas de résultats avant (jeudi) soir au mieux", indiquait Ulysse Gosset mercredi matin. Le Nevada, par exemple, qui compte 6 grands électeurs, pourrait mettre plusieurs jours pour déclarer un vainqueur.

Article original publié sur BFMTV.com