Présidentielle américaine: «On ne peut pas imaginer une bascule des électeurs noirs en faveur des républicains»

À quatre mois de la présidentielle aux États-Unis, tous les sondages donnent Donald Trump en tête face au sortant Joe Biden et en particulier dans les États clés. Ces sondages montrent aussi une tendance surprenante : jusqu’à 20% d'électeurs noirs seraient prêts à voter pour le candidat républicain. Entretien avec Cliff Albright, le président de Black Voters Matter, l’une des ONG les plus actives dans le pays pour mobiliser les électeurs afro-américains.

RFI : Cette tendance dans les sondages en faveur d’un vote afro-américain pour Donald Trump, vous la constatez aussi sur le terrain ?

Cliff Albright : Je ne vois pas du tout cette tendance sur le terrain. On constate depuis plusieurs années que les sondages se trompent, surtout lorsqu'il s'agit des électeurs noirs. À chaque élection précédente, en 2022, en 2023, jusqu'à 2020, on nous a dit à un moment que les électeurs noirs allaient se tourner vers Trump et les républicains. Et cela ne se produit jamais. En fait, le pourcentage d'électeurs noirs qui ont voté pour Trump en 2020 a même été légèrement plus faible qu'en 2016. C'est donc le contraire qui s'est produit.

La campagne Trump a inventé le concept de « BLEXIT », pour dire que des Noirs quitteraient le parti démocrate qu’ils ont toujours soutenu pour voter républicain. Qu’est-ce que cette idée vous inspire ?

Dans ses meetings, Donald Trump met en avant son passif judiciaire pour séduire les Noirs sur le thème « moi aussi, je suis inculpé et victime comme vous d’un système judiciaire injuste ». Qu’est-ce que cela vous inspire ?


Lire la suite sur RFI