Présidentielle américaine : Joe Biden peut-il encore être remplacé par un autre candidat démocrate?

Après son débat raté face à Donald Trump, certains membres du Parti démocrate ont plaidé pour le retrait de Joe Biden de la course à la Maison Blanche. Si le président américain continue de s'accrocher et de rassurer ses troupes, des hypothèses commencent à émerger quant à son futur ou sa future remplaçant(e).

Alors que l’inquiétude monte concernant les capacités du président Joe Biden à gouverner une nouvelle fois les États-Unis, certains membres du Parti démocrate s’interrogent: Joe Biden est-il le meilleur candidat pour battre Donald Trump ?

Depuis sa prestation catastrophique lors du débat contre son adversaire républicain le 27 juin, la nervosité gagne de plus en plus de ses sympathisants. Voix enrouée, regard dans le vide... Le candidat de 81 ans s'est largement fait distancer par Donald Trump - une prestation ratée qui est loin d'être passée inaperçue au sein de son propre rang.

Ce mardi 2 juillet, un premier parlementaire démocrate a appelé Joe Biden à se retirer de la course à la Maison Blanche, pointant ainsi du doigt son état de santé. Kamala Harris, Gretchen Whitmer ou encore Gavin Newsom ? En cas de retrait du président Joe Biden, plusieurs personnalités démocrates seraient alors en droit de présenter leur candidature pour la course à la présidentielle.

Selon les statuts du Parti démocrate, il est tout à fait possible de choisir un autre candidat que Joe Biden pour les élections présidentielles. C'est d'ailleurs lors de la Convention du Parti démocrate, qui aura lieu du 19 au 22 août, que le ou la candidat(e) est officiellement validé(e). En pratique, c'est tout de même peu probable.

Premier scénario: si Joe Biden se retire et nomme lui-même son successeur, il y aurait de grande chances pour que ce dernier soit choisi, le président américain ayant largement remporté les primaires démocrates.

Deuxième scénario: a contrario, si Joe Bien refuse de laisser sa place à un autre candidat, les nouveaux prétendants auraient besoin de l'appui d'au moins 300 délégués pour pouvoir se présenter. Dans des scénarios plus chaotiques, il pourrait y avoir besoin de plusieurs tours pour désigner le futur candidat. En théorie, 99% des délégués se sont engagés à soutenir Biden mais en pratique, il ne s'agit que d'une règle de bonne conscience, explique l'agence de presse AP.

Enfin, toute la question reste à savoir: qui sera le meilleur candidat capable de s'imposer face à Donald Trump ?

Dans une interview donnée à la chaîne de télévision américaine ABC ce vendredi 5 juillet, Joe Biden a cependant tenté de rassurer les Américains sur son état de santé: "personne n'est plus qualifié que moi" pour "gagner" l'élection, a-t-il affirmé, niant la réalité des sondages qui le placent en nette difficulté face à Donald Trump.

Si le président Joe Biden venait à renoncer à la course à la Maison Blanche, en coulisses, plusieurs personnalités pourraient prétendre au titre. D'abord, la vice-présidente Kamala Harris qui apparaît comme le choix le plus évident. L’ancienne sénatrice demeure relativement populaire au sein du Parti démocrate et fait figure de favorite, déjà amenée à succéder à Joe Biden en cas de décès ou d'incapacité.

Le nom de Gavin Newsom, gouverneur de Californie, est également évoqué. L'ancien maire de San Francisco, qui dirige depuis cinq ans l'État le plus peuplé du pays et copréside le comité de campagne de Joe Biden, ne cache pas ses ambitions présidentielles pour 2028.

Autre personnalité, la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, populaire pour son engagement en faveur de la protection du droit à l’avortement et du contrôle des armes à feu. La démocrate a néanmoins dissipé les spéculations autour de sa possible candidature, assurant lundi être "fière" de soutenir Joe Biden.

D'autres noms encore circulent au sein des rangs du Parti démocrate, comme celui de Josh Shapiro, gouverneur de Pennsylvanie ou encore J.B Pritzker, gouverneur de l’Illinois. Un désistement de Joe Biden serait quoi qu'il en soit un coup de tonnerre dans les élections américaines et déclencherait une campagne expresse et acharnée dans le camp démocrate.

À ce jour, seule Michelle Obama serait en capacité de recueillir plus de voix que le candidat Républicain Donald Trump, indique un sondage de l'Institut Ipsos publiée le 2 juillet. Selon cette enquête menée auprès de 1 000 personnes, l'ancienne première dame des États-Unis obtiendrait 50% des suffrages face au camp républicain, affichant ainsi beaucoup plus de popularité que Joe Biden, donné à 40% à égalité avec Donald Trump.

À quatre mois du scrutin américain, ce sondage révèle l'impasse dans laquelle se trouve le Parti démocrate. En dehors de Michelle Obama, aucune autre personnalités politique ne surpasse l'actuel président des États-Unis: le gouverneur de Californie Gavin Newsom obtenant 39% (Donald Trump 42%), la gouverneure du Michigan Gretchen Whitmer 39% (Donald Trump 41%), celui du Kentucky Andy Beshear 36% (Donald Trump 40%) et J.B. Pritzker, gouverneur de l'Illinois 34% (Donald Trump 40%).

Ces scores sont toutefois à prendre avec prudence, aucun démocrate n'ayant fait acte de candidature en cas de retrait de Joe Biden. En outre, étant donné le format de l'élection - scrutin indirect avec les grands électeurs - être pressenti en première position au niveau national ne garantit pas la victoire à l'élection.

Article original publié sur BFMTV.com