Présidentielle américaine – Joe Biden : « Je m'engage à être un président qui rassemble »

Source AFP
·1 min de lecture
Portant un masque noir, Joe Biden est arrivé en courant sur la scène de son discours de victoire, sur fond d'une chanson de Bruce Springsteen, comme pour démentir l'image de candidat vieillissant qui a pesé sur sa campagne menée en sourdine.
Portant un masque noir, Joe Biden est arrivé en courant sur la scène de son discours de victoire, sur fond d'une chanson de Bruce Springsteen, comme pour démentir l'image de candidat vieillissant qui a pesé sur sa campagne menée en sourdine.

Joe Biden a prononcé samedi 7 novembre 2020 un discours très attendu par les Américains. Le président fraîchement élu a promis d'être l'homme qui unifiera l'Amérique, après quatre années de tumulte et de divisions, célébrant dans sa ville de Wilmington « une victoire convaincante » face à Donald Trump. Quelques heures après l'annonce des résultats de l'élection, devant une foule en liesse rassemblée en « drive-in », le démocrate a appelé les Américains à ne plus traiter leurs « opposants comme des ennemis ». « Je m'engage à être un président qui rassemble et non pas qui divise », a-t-il lancé lors d'un discours enflammé dans son fief du Delaware. Élu à 77 ans président des États-Unis, il met fin à une séquence politique inédite qui a secoué l'Amérique et le monde.

Après quatre jours de suspense tendu, l'ancien vice-président de Barack Obama a franchi le seuil « magique » de 270 grands électeurs. Donald Trump, dont le mandat s'achèvera le 20 janvier, n'a, à ce stade, pas reconnu sa défaite. Dans un message épinglé comme « trompeur » par Twitter, il a au contraire continué à revendiquer une victoire qui lui aurait été volée. « J'ai largement gagné cette élection », a-t-il martelé en lettres capitales.

Sans un mot pour son adversaire, Joe Biden a célébré sa « victoire convaincante », tout en tendant la main aux électeurs du président républicain, dont il a dit comprendre la « déception ». « Voyons-nous, parlons-nous », « donnons-nous une chance », a-t-il in [...] Lire la suite