Présidentielle américaine : gare aux mirages !

De notre correspondante à Washington Hélène Vissière
·1 min de lecture
Une poupée russe à l'effigie du président américain Donald Trump.
Une poupée russe à l'effigie du président américain Donald Trump.

Rodeo Drive, la célèbre avenue aux boutiques chics de Los Angeles, va être fermée aujourd'hui. La 5e Avenue à New York reste ouverte aux passants, mais les magasins se sont claquemurés derrière des panneaux en contreplaqué. Idem à Washington, où la moitié de la ville est barricadée comme si elle se préparait à un ouragan. La Maison-Blanche et tout le square Lafayette sont à peine visibles derrière une palissade. Des centaines de membres de la Garde nationale sont mobilisés. Et l'ambassadeur de Nouvelle-Zélande a envoyé une note à son équipe, lui rappelant de faire des stocks de nourriture pour quatorze jours. Tout le monde craint des émeutes et les commentateurs comparent l'Amérique à une république bananière.

Ce n'est pas seulement de la paranoïa. Ces derniers jours, des véhicules décorés de pancartes pro-Trump ont bloqué une autoroute dans le New Jersey, État démocrate. Et au Texas, une caravane trumpiste d'une centaine de voitures a entouré un bus de supporteurs de Joe Biden en route vers un meeting, dans un acte clair d'intimidation.

Lire aussi Gérard Araud ? Trump, Biden : l'heure des pronostics

S'achève aujourd'hui une des campagnes les plus extraordinaires de l'histoire américaine. Près de 100 millions d'Américains ont déjà voté, soit 71 % du nombre total de suffrages de 2016. Si les électeurs continuent à affluer, le taux de participation pourrait atteindre 65 %, un chiffre inégalé depuis 1908.

Et ce n'est pas le seul record. Le coût total des diverses [...] Lire la suite