Présidentielle américaine : Donald Trump lâché par les siens

Vendredi 8 janvier, la présidente de la Chambre des représentants a fait savoir qu'elle mettait, en quelque sorte, Donald Trump sous surveillance, notamment sur le sujet du nucléaire. "Donald Trump a un genou à terre et il est devenu l'homme à abattre, politiquement bien sûr. Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants et la cheffe de file des démocrates, a en effet appelé un certain nombre de haut-gradé de l'armée pour s'assurer qu'il n'allait pas appuyer sur le bouton nucléaire", rapporte Agnès Vahramian, journaliste de France Télévisions, en duplex depuis Washington (États-Unis). Donald Trump acculé "Nancy Pelosi demande aussi qu'il soit destitué immédiatement. Mais il reste 12 jours avant l'investiture de Joe Biden et on voit mal comment cette procédure pourrait aboutir. Ce qui menace Donald Trump, c'est la débandade, c'est l'implosion au cœur de la Maison Blanche, où 13 démissions ont été enregistrées en l'espace de 48 heures. Lâché par les siens, Donald Trump, acculé, a dû abandonner ses partisans qu'il avait lui-même envoyé marcher sur le Capitole", ajoute Agnès Vahramian.