Présidentielle américaine : Donald Trump face aux émeutes raciales

Breonna Taylor en mars à Louisville, George Floyd fin mai à Minneapolis ou encore Walter Wallace Jr. dans la nuit du 26 au 27 octobre : ces derniers mois, les morts d'Afro-Américains ont soulevé de nombreuses vagues de contestation aux États-Unis, replaçant le thème des discriminations raciales au cœur de l'élection présidentielle américaine. À la suite de ses réactions au mouvement Black Lives Matter, Donald Trump a notamment été accusé de racisme. L'Amérique semble plus divisée que jamais Fin août, lorsque l'actuel président américain avait été interrogé sur le cas de Jacob Blake, un jeune homme noir touché de sept balles tirées dans son dos par des policiers, il avait tenté de défendre le travail des forces de l'ordre dans une métaphore sportive qui avait fait bondir ses détracteurs. "Tirer dans son dos plusieurs fois ? Ils auraient pu faire autrement, comme le maîtriser. Mais ils ont craqué, comme dans un tournoi de golf, ils manquent un putt d’un mètre", avait alors lancé Donald Trump. À quelques jours du scrutin présidentiel, l'Amérique semble plus que jamais divisée sur le sujet.