Présidentielle américaine: la Chine félicite Joe Biden avec près d'une semaine de retard

S.B.-E.
·2 min de lecture
Le président chinois Xi Jinping félicite Joe Biden pour sa victoire aux élections présidentielles 2020. - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Le président chinois Xi Jinping félicite Joe Biden pour sa victoire aux élections présidentielles 2020. - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Avec une semaine de retard, la Chine a fini par féliciter Joe Biden pour sa victoire à l'élection présidentielle américaine. Cette réaction intervient après que des agences américaines chargées de la sécurité des élections ont affirmé n'avoir "aucune preuve" d'un piratage du scrutin, contredisant ainsi Donald Trump, qui refuse de reconnaître sa défaite.

"Nous respectons le choix du peuple américain", a déclaré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin. "Nous adressons nos félicitations à M. Biden et à (la vice-présidente élue Kamala) Harris."

Biden avait traité de "voyou" le président chinois

La lenteur de la réaction chinoise peut laisser supposer que Pékin misait sur une réélection de Donald Trump, largement perçu en Chine comme ayant affaibli son pays et l'Occident, même s'il a gravement contribué à détériorer les relations sino-américaines en déclenchant notamment une guerre commerciale transpacifique. Le régime communiste pourrait redouter de la part de Joe Biden d'une pression accrue de Washington sur les questions de droits de l'Homme, selon des experts. Durant la campagne électorale, le démocrate avait traité de "voyou" le président chinois Xi Jinping. "C'est un type qui n'a pas le moindre ossement de démocratie dans son squelette", avait-il déclaré. Ce dernier n'a pas pour l'heure félicité personnellement le président élu.

Trump refuse toujours de jeter l'éponge

Joe Biden qui a rassemblé cinq millions de suffrages de plus que le président sortant au niveau national, a consolidé sa victoire jeudi en remportant l'Arizona, que les démocrates n'avaient pas gagné depuis 1996. Avec cet État du Sud-Ouest, il rassemble 290 grands électeurs, contre 217 pour Donald Trump, alors que 270 dont nécessaires pour remporter la Maison Blanche.

Refusant toujours de jeter l'éponge, l'actuel locataire de la Maison Blanche a relayé jeudi sur Twitter des informations infondées selon lesquelles un système électoral, appelé Dominion, avait "effacé" 2,7 millions de votes en sa faveur à travers le pays et en avait réattribué des centaines de milliers à son rival démocrate en Pennsylvanie et dans d'autres États. Et ce alors que plusieurs autorités électorales locales et nationales ont rejeté les assertions de fraude, affirmant que "l'élection du 3 novembre a été la plus sûre de l'histoire des Etats-Unis".

Article original publié sur BFMTV.com