Présidentielle américaine : après les violences au Capitole, Donald Trump change de ton

Alors que le Capitole panse ses plaies et est à présent protégé par un imposant rideau policier et militaire, la crise électorale américaine a connu, dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 janvier, un nouveau chapitre imprévisible. Donald Trump a opéré un revirement à 180 degrés et est maintenant devenu critique envers ses partisans les plus radicaux. Il s'est également dit prêt à laisser son siège à la Maison-Blanche, même s'il ne reconnaît pas toujours explicitement sa défaite. "Une passation de pouvoir ordonnée et sans accroc" "Les manifestants qui ont investi le Capitole ont souillé le siège de la démocratie américaine. À ceux qui se sont livrés à des actes de violences et de destruction, vous ne représentez pas notre pays. Et à ceux qui ont enfreint la loi : vous paierez. Je vais désormais me concentrer sur une passation de pouvoir ordonnée et sans accroc", a déclaré le président sortant. Ce changement de ton intervient alors que Donald Trump apparaît chaque jour un peu plus isolé.