Présidentielle américaine: pour un électeur républicain sur deux, la victoire de Biden a été "truquée"

Jules Pecnard
·2 min de lecture

Selon un sondage Ipsos réalisé pour Reuters, seuls 29% des électeurs républicains estiment que le candidat démocrate a "légitimement" gagné le scrutin.

Dès le lendemain de son investiture le 20 janvier, Joe Biden aura fort à faire pour apporter une forme d'unité au peuple américain. Selon un sondage Ipsos réalisé pour l'agence Reuters, plus d'un électeur républicain sur deux est convaincu que sa victoire résulte d'un scrutin truqué.

Sur l'ensemble des Américains interrogés, 73% d'entre eux s'accordent à dire que le candidat démocrate a remporté l'élection et seuls 5% continuent de croire, à l'inverse, que Donald Trump est le gagnant. C'est toutefois lorsqu'il s'agit de répondre sur la légitimité du résultat que la méfiance des républicains saute aux yeux: 52% d'entre eux jugent que c'est le président sortant qui est le vainqueur légitime du scrutin, contre 29% seulement qui octroient ce titre à Joe Biden.

Méfiance accrue

Une forte majorité d'électeurs républicains (68%) estiment que le scrutin était "truqué", que ce sont les assesseurs déployés dans les bureaux de vote dans chaque État qui ont fait basculer le scrutin en faveur du démocrate.

Plus globalement, la méfiance vis-à-vis de la légalité du scrutin s'est accrue en quatre ans. En amont de sa victoire en 2016 déjà, Donald Trump agitait le spectre d'une élection truquée, affirmant que le processus démocratique était nécessairement organisé en sa défaveur. Ces critiques ont redoublé d'intensité lors de l'élection de 2020, la différence étant que cette fois-ci, c'est le président sortant lui-même qui met en cause la légitimité du scrutin.

L'enquête Ipsos montre d'ailleurs que les Américains se méfient davantage de leur processus électoral qu'il y a 4 ans: seuls 55% des adultes aux États-Unis jugent que l'élection présidentielle de 2020 a été "légitime et juste", soit 7 points de moins qu'en 2016. À l'inverse, 28% dénoncent un résultat dû à "des votes illégaux ou à une fraude électoral", soit 12 points de plus qu'il y a quatre ans.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :