Présidentielle américaine : à Minneapolis, le souvenir de George Floyd est encore omniprésent

Survenue à Minneapolis (Minnesota) le 25 mai dernier, la mort tragique de George Floyd avait engendré une flambée de violence et de contestation dans tous les États-Unis. Moins de six mois plus tard et alors que les électeurs sont appelés aux urnes mardi 3 novembre pour choisir leur futur président, les minorités n'ont pas oublié ce drame. "Les gens ne peuvent pas l'oublier, c'est impossible, note Ben Barnier, envoyé spécial de France Télévisions à Minneapolis. Nous avons rencontré beaucoup d'Afro-Américains passionnés par cette campagne." Biden, un choix par défaut Joe Biden serait plébiscité par l'électorat afro-américain, mais sans que celui-ci ne suscite un réel engouement. "Ils veulent voter pour Biden pour la simple et bonne raison que ce n'est pas Trump, précise le journaliste. Ce n'est donc pas vraiment un vote d'adhésion pour le candidat démocrate." Dans les résidences pavillonnaires situées autour de la ville, les soutiens de Donald Trump ont eux aussi prévu de se mobiliser en masse. Leur crainte : une nouvelle hausse significative des violences.