Présidentielle 2022: Zemmour, nouvel ennemi politique n°1 des macronistes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Plus de 4 000 militants de la République en marche (LREM) sont réunis ce week-end en Avignon pour le Campus de la majorité présidentielle. Emmanuel Macron n'est pas encore candidat, mais ses troupes se remobilisent avant la campagne. À sept mois de l’échéance présidentielle, le chef de l'État caracole en tête du premier tour dans les sondages, alors que le polémiste d'extrême droite Éric Zemmour, pas encore candidat, fait une percée. C'est la nouvelle cible de la majorité présidentielle.

De notre envoyé spécial à Avignon,

C’était Marine Le Pen il y a encore quelques semaines. C’est désormais Éric Zemmour l’ennemi politique numéro un pour les macronistes.

« J'ai découvert ce matin un virus nouveau à 15% du corps électoral, a ainsi déclaré Jean-Marc Borello, le co-fondateur d’En marche et très proche d’Emmanuel Macron. Mais j'ai repéré la maladie et nous allons la combattre parce que ça s'appelle l'arrivée de la peste brune. »

À lire aussi : Présidentielle 2022: Xavier Bertrand en campagne comme si de rien n'était

Castaner : « Nous devons le combattre sur tous les fronts »

Lutter contre Éric Zemmour, plutôt que l’ignorer, c’est aussi le choix de Christophe Castaner, le chef de file des députés La République en marche : « Candidat, ou pas, ce n'est plus seulement un polémiste ni un chroniqueur. C'est un ennemi politique et nous devons le considérer comme tel. Nous devons le combattre et le combattre sur tous les fronts. Sans cesse. Parce que ce qu'il porte n'est qu'un discours de haine, de rejet et cela, nous ne devons pas l'accepter. »

Une offensive anti-Zemmour qui fait débat et que n’approuvent pas tous les militants. « Zemmour n'est pas un rival, soutient Georgette. Ce n’est pas un homme politique. Il faut l'ignorer. En face, on a autre chose que Zemmour. C'est là-bas qu'il faut taper. Il ne faut pas faire de Zemmour un... Il n’est rien ! » Un rien qui prend de plus en plus de place dans le débat.

À écouter : À la Une: Zemmour, le troisième homme

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles