Présidentielle 2022 : vers une union sacrée de la gauche ?

Samedi 17 avril, plusieurs partis politiques de gauche ont vu leurs représentants se réunir pour discuter. Seul Jean-Luc Mélenchon, alors en déplacement à l’étranger, manquait à l’appel mais La France Insoumise était représentée par le député Éric Coquerel. "Tous se sont accordés sur un point : la poursuite du dialogue. Une nouvelle réunion est prévue fin mai, toujours en terrain neutre. Autre avancée : un pacte de non-agression. On ne disqualifie pas les autres à gauche selon Yannick Jadot", rapporte la journaliste de France Télévisions Élodie Largenton sur le plateau du journal de 23 heures sur Franceinfo samedi 17 avril. Quelques divergences persistent Si le dialogue continue, il semble encore difficile d’établir un programme commun à toutes ses forces politiques. "On sait qu’il y a des divergences que ce soit sur la laïcité, l’Europe, le nucléaire ou l’idée d’une sixième République mais des compromis semblent possibles", explique Élodie Largenton. En revanche, Julien Bayou, secrétaire nationale d’Europe-Écologie-Les-Verts, estime qu’il est "prématuré de parler d’une candidature commune".