Présidentielle 2022: plus de six Français sur dix excluent de voter Macron au premier tour

·2 min de lecture

Six Français sur dix (61%) excluent de voter pour Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle de 2022 selon un sondage BVA pour RTL et Orange publié vendredi.

Six Français sur dix (61%) excluent de voter pour Emmanuel Macron au premier tour de l'élection présidentielle de 2022 s'il se représente, une majorité d'entre-eux le considérant comme "un mauvais président", selon un sondage BVA pour RTL et Orange publié vendredi.

La popularité du chef de l'Etat reste par ailleurs globalement stable en avril, à 39% d'opinions favorables (stabilité) et 60% de mauvaises (-1 point), tandis que celle de son Premier ministre Jean Castex souffre: les bonnes opinions reculent de 4 points à 36% et les mauvaises progressent de 3 points à 63%.

Le "bilan de quatre années de présidence Macron" dressé par BVA à un an de la prochaine présidentielle fait apparaître que 61% des Français "excluent" de voter pour le chef de l'Etat sortant au premier tour s'il est candidat, en particulier les 35-64 ans et les sympathisants de La France Insoumise et du Rassemblement national.

Les Français sont 59% à estimer qu'Emmanuel Macron est "un mauvais président"

A l'inverse, 11% disent être "certains" de voter pour lui, et 28% que "c'est possible". Après quatre années de mandat, les Français sont 59% à estimer qu'Emmanuel Macron est "un mauvais président", contre 40% qu'il est "un bon" chef de l'Etat.

Son action est perçue comme "plutôt un échec" en matière d'immigration pour 68% des personnes interrogées, de sécurité (66%), de pouvoir d'achat (64%) et d'emploi (62%).

Après avoir beaucoup souffert au cours de la première année de mandat, son image a toutefois globalement peu changé depuis: il est d'abord perçu comme ayant "des convictions profondes" (52%, -2 points), comme étant "solide, ayant de l'autorité" (45%, +2) et "une stature présidentielle qui valorise la France" (43%, +2). Mais on lui reproche aussi(...)


Lire la suite sur Paris Match