Présidentielle 2022 : quelles sont les quatre mesures phares de la candidate socialiste Anne Hidalgo?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Reuters
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Je me sens entièrement soutenue par mon parti et ses militants, qui m'ont investie et font campagne tous les jours sur le terrain". Dans une interview au JDD, Anne Hidalgo , candidate du Parti socialiste à la présidentielle, réaffirme son envie d'aller jusqu'au bout de cette élection présidentielle , tourne la page d'une primaire populaire et revient sur son programme, présenté jeudi dernier.

La maire de Paris compte sur ses 70 propositions pour relancer sa campagne et rebondir dans les sondages. Selon le baromètre quotidien OpinionWay-Kéa Partners  pour Les Echos et Radio Classique, la maire de Paris n'est pour l'instant créditée que de 3% d'intention de votes. Voici quatre mesures phares.

1. Augmentation du Smic de 15%

Anne Hidalgo défend une "politique volontariste sur les salaires" et propose une augmentation du Smic de 15%, soit environ 200 euros net supplémentaires par mois. Une mesure qu'elle qualifie de "rattrapages des inégalités salariales", dans un entretien au JDD. Elle plaide également pour une "Conférence sur les salaires", regroupant organisation patronales et syndicales, afin de lancer des négociations salariales par branches.

Lire aussi - Présidentielle : derrière Anne Hidalgo, un PS divisé et inquiet

La proposition de doubler les salaires des professeurs, formulée par la candidate en septembre dernier, a en revanche disparu de son programme. Elle a été remplacée par une rémunération des enseignants "portée progressivement au niveau de celui des cadres, en ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles