Présidentielle 2022: le président des Centristes Hervé Morin apporte son soutien à Valérie Pécresse

·2 min de lecture
Hervé Morin et Valérie Pécresse au match Paris Saint-Germain-Lyon, le 20 septembre 2009 au Parc des Princes. - FRANCK FIFE / AFP
Hervé Morin et Valérie Pécresse au match Paris Saint-Germain-Lyon, le 20 septembre 2009 au Parc des Princes. - FRANCK FIFE / AFP

Le président des Centristes Hervé Morin apporte son soutien à Valérie Pécresse, candidate à la présidentielle via une éventuelle primaire de la droite et du centre, et qui a selon lui "toutes les qualités pour être chef de l'État".

La présidente (ex-LR) de Libres! "a le pragmatisme et le courage des femmes en politique, la pugnacité et l'endurance que requiert la fonction, et le souci de l'équilibre de la société française plus que jamais nécessaire dans un pays qu'Emmanuel Macron a profondément fracturé", assure Hervé Morin dans une interview au Point paru jeudi.

Valérie Pécresse sera l'invitée d'honneur de la "fête de la pomme" qui marque la rentrée politique d'Hervé Morin, dimanche à Epreville-en-Lieuvin (Eure). Samedi elle assistera à l'université d'été des jeunes de LR au Parc Floral de Paris.

"C'est le temps des femmes"

La présidente de la région Ile-de-France, qui se décrit comme "deux-tiers Merkel, un tiers Thatcher", porte selon Hervé Morin une synthèse mêlant "respect des libertés, qu'elles soient individuelles, locales ou économiques", et "économie sociale de marché".

"C'est le temps des femmes", estime en outre le président de la région Normandie qui "préfère la solidité et le pragmatisme d'Angela Merkel aux envolées lyriques d'Emmanuel Macron".

Se disant certain que "ce qu'elle a fait au niveau de la région, (...) elle le fera pour la France", le centriste exhorte aussi Xavier Bertrand à se soumettre à une éventuelle primaire.

"Puisqu'il estime être le meilleur candidat, il devrait ne pas la craindre. S'il la refuse, il portera la lourde responsabilité de l'échec de la droite et du centre à la prochaine élection présidentielle. Et aujourd'hui personne ne peut se considérer comme le successeur du général de Gaulle", assure-t-il.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles