Présidentielle 2022 : pourquoi Jean-Luc Mélenchon parle davantage aux seniors

·1 min de lecture

Se voulant fidèle à la mémoire de celui qu'il aimait appeler affectueusement "le vieux", en référence à la façon dont les partisans de Léon Trotski nommaient ce dernier, Jean-Luc Mélenchon demeure persuadé, dans ce contexte de multiplicité des candidatures à gauche dont le total des intentions de vote se situe à un niveau historiquement bas, qu'il est le seul de son camp à pouvoir accéder à la présidence de la République, et cela à sa troisième tentative, comme François Mitterrand avant lui.

"La victoire est possible", voilà quels furent ses mots pleins d'optimisme, le 17 octobre 2021 à Reims, à l'occasion de son discours de clôture de la Convention de "l'Union populaire", qui devait marquer le début d'une étape nouvelle dans la longue vie politique du "tribun-poète", qui aura 71 ans en 2022.

Pour réussir là où il échoua en 2017, il a été décidé de s'émanciper de "la France insoumise", le "parti-mouvement" créé le 10 février 2016, jugé aujourd'hui inadapté pour permettre le nécessaire "élargissement" de sa base électorale.

Une "nouvelle stratégie" pour être compétitif sur le marché électoral

Une "nouvelle stratégie globale" serait donc née en cette année 2021 pour tenter de conférer une majorité électorale à ses solutions qu'il présente comme majoritaires en France. Elle a été baptisée "l'Union populaire". Celle-ci ne veut en aucun cas s'apparenter à une tactique de "front unique" d'organisations.

Lire aussi - Avec le lancement du mouvement l'Union populaire, Mélenchon est dans...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles