Présidentielle 2022: pourquoi la gauche s'écharpe sur la "libération des poulets"

·4 min de lecture
La gauche s'écharpe sur la
La gauche s'écharpe sur la

POLITIQUE - Ambiance basse-cour. Depuis plusieurs heures, la gauche, ou certains de ses responsables politiques de premier plan, s’affrontent sur un sujet inattendu: la vie -et la mort- des poulets.

Plus précisément, Fabien Roussel, le candidat du Parti communiste à la prochaine élection présidentielle reproche à son concurrent écolo, Yannick Jadot, d’ériger la sortie de l’élevage intensif en priorité absolue en cas de victoire au printemps prochain.

“Quand je lis l’interview du candidat des Verts (dimanche dans LeJDD) et que la première mesure qu’il met en place c’est libérer les poulets, excusez-moi, mais moi, la première mesure que je mets en place c’est augmenter les salaires et les retraites”, a-t-il fait valoir, lundi 4 octobre, devant la presse, dans une boutade fraîchement accueillie par les principaux intéressés. (Les écolos, pas les poulets).

″‘L’humain d’abord’ signifie ‘le vivant peut crever’”

Si Yannick Jadot -comme son entourage- se refuse à tout commentaire sur l’attaque de Fabien Roussel, certains de ses collègues ne se privent pas pour répondre au communiste, et lui voler dans les plumes. “Comme je le craignais, le slogan du PC, ‘l’humain d’abord’, signifie bien ‘le vivant peut crever’”, s’est ainsi ému David Cormand, l’ancien secrétaire national d’EELV, lundi sur Twitter. Pour lui, la déclaration du candidat-député marque “l’obsolescence de la gauche traditionnelle par rapport à l’écologie.”

Même analyse du côté de l’élu des Hauts-de-France Yannick Brohard. Dans un message, relayé, entre autres, par la porte-parole du parti, Eva Sas, le conseiller régional estime que cette sortie est l’illustration d’une “gauche” qui “n’est pas forcement écologiste.” Comprendre: les Verts, c’est nous.

Autant de critiques qui font réagir place du Colonel-Fabien. Ian Brossat, l’adjoint PCF à la mairie de Paris remercie son candidat, d’avoir “fait la démonstration” que “pour certains, le social, c’est ce qui vient après tout le reste.” “Pas pour nous, et on l’assume très sereinement”, réplique celui qui est également le directeur de la campagne de Fabien Roussel, en direction des écolos, avec lesquels il est pourtant allié à la mairie de Paris.

Car au-delà de ce combat de coqs, ou de camp, ces nouvelles bisbilles, volaillères, cette fois-ci, illustrent bien l’état de la gauche. Un camp divisé en sept candidats à un peu plus de six mois de l’élection présidentielle, et ce malgré des différences parfois ténues entre les chefs de file.

Question de priorités

Sur le sujet du bien-être animal, justement, Fabien Roussel et Yannick Jadot partagent le même objectif principal: sortir de l’élevage intensif. Le candidat communiste l’expliquait d’ailleurs lundi, dans la suite de sa tirade. “Je libérerai les poulets aussi, pour avoir de l’élevage en plein air, pour nos ovins, pour les bœufs, précisait-il, avant de répéter: oui pour l’élevage en plein air, mais enfin, la première mesure, c’est la question sociale.”

En résumé: tout est affaire de nuances et de priorités, comme souvent, à gauche, entre ceux qui poussent davantage le curseur social et d’autres qui font de l’écologie -avec toutes ses composantes- la mère des batailles.

Dans ce contexte, c’est Jean-Luc Mélenchon qui tente de mettre tout le monde d’accord en promettant l’aile ET la cuisse. “Restez calmes, les gars! Le vivant est un tout”, écrivait opportunément le chef de file de la France insoumise, lundi sur Twitter, avant de renvoyer écolos et communistes dos à dos: ”Ça choque d’évoquer les élevages avant la misère. Idem rembarrer le martyr animal au nom de la misère humaine.”

Alors le député profite de la situation pour mettre sa formule en avant: “harmonie des humains entre eux et avec la nature.” De quoi siffler la fin des hostilités sur ce sujet?

Les différents candidats feraient mieux, en tout cas, de dépasser les clivages et les slogans s’ils veulent peser dans la course à l’Elysée. Dans un sondage Ifop-Fiducial publié lundi par Le Parisien et Le Figaro, aucun de ces prétendants n’atteint la barre des 10%. Comme une gauche sans tête.

À voir également sur Le HuffPost: Qu’est-ce que l’écocide?

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles