Présidentielle 2022: Montebourg reprend une proposition de Zemmour et Le Pen

·3 min de lecture
Arnaud Montebourg sur le plateau de RTL ce dimanche 7 novembre. (Photo: Capture RTL)
Arnaud Montebourg sur le plateau de RTL ce dimanche 7 novembre. (Photo: Capture RTL)

POLITIQUE - Le chantre de la “remontada” barre à la droite de la droite. Ce dimanche 7 novembre dans le grand jury LCI/RTL/Le Figaro, Arnaud Montebourg a formulé une proposition qui a de quoi surprendre venant d’un candidat de gauche à l’élection présidentielle. Et pour cause, il propose de bloquer les transferts d’argent vers les pays qui refusent de rapatrier leurs ressortissants visés par une obligation de quitter le territoire.

“Pourquoi on n’arrive pas à intégrer? Vous avez aujourd’hui 100.000 mesures d’obligation pesant sur des personnes qui doivent quitter le territoire qu’on n’arrive pas à exécuter. Ces personnes sont là et sont d’ailleurs souvent des délinquants. Donc moi je suis décidé à taper au portefeuille”, a déclaré l’ancien ministre du Redressement productif.

Avant de poursuivre: “Il y a 11 milliards de transferts d’argent qui passent par Western Union sur l’ensemble des pays d’origine. Nous bloquons tous les transferts aussi longtemps qu’on n’a pas un accueil de coopération”. Pour Arnaud Montebourg, “ces transferts d’argent privé sont une manne pour ces pays et nous avons besoin aujourd’hui de dire: ‘ça suffit’”.

“Terrain glauque”

Sitôt prononcée, cette proposition a fait bondir à gauche. Premier à réagir, Jean-Luc Mélenchon a demandé à Arnaud Montebourg de revenir sur sa déclaration. “Ce serait une erreur cruelle d’interdire les transferts de salaires vers la famille au pays d’origine au nom des mauvaises actions des gouvernements. Reconnaissez l’erreur. Il y a assez d’angoisses comme ça. Ne passez pas sur ce terrain glauque”, a tweeté le chef de file de la France insoumise, jugeant dans une deuxième publication cette idée “stupide” puisque, selon lui, elle “augmentera les causes d’émigration”.

Toujours côté insoumis, le député LFI de Seine-Saint-Denis Bastien Lachaud a également exprimé son indignation. “Singer les idées abjectes et stupides de l’extrême droite pour espérer se faire remarquer. Posture vaine et délétère, qui alimente la course au pire”, a fustigé l’élu, qualifiant Arnaud Montebourg de “rantanplan du zemmourisme”. Même effarement du côté de l’écologiste Sandrine Rousseau. “Arnaud reviens avec nous ! À gauche, en sortant du studio”, a-t-elle réagi. “Quand ‘la Remontada’ se fait à droite, vraiment à droite”, a renchéri Matthieu Orphelin.

Si la gauche s’indigne, l’extrême droite boit du petit lait. Car en effet, seulement deux candidats avaient jusque-là fait cette proposition, Marine Le Pen et Éric Zemmour. Ce dernier s’est d’ailleurs empressé de le faire remarquer sur Twitter, en partageant un extrait de l’une de ses vidéos dans laquelle la polémiste dit quasiment au mot près ce qu’Arnaud Montebourg a déclaré ce dimanche.

“On pourrait aussi bloquer les transferts de fond des travailleurs immigrés chez nous vers leurs pays d’origine. On pourrait les bloquer, on pourrait les taxer. Il y a des moyens de pression pour obliger ces pays à reprendre leurs illégaux”, déclare l’essayiste dans cette séquence. Ce qui, sans surprise, conduit Éric Zemmour a ajouter ce commentaire moqueur: “En panne d’idées, Montebourg a regardé en replay les vidéos de ma chaîne YouTube. Bravo Arnaud”.

À voir également sur Le HuffPost: Candidat à la présidentielle, Montebourg promet une “remontada” industrielle, salariale et écologique

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles