Présidentielle 2022: Marine Le Pen face au mur des parrainages

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine le Pen lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 22 octobre 2021. (Photo: via Associated Press)
Marine le Pen lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 22 octobre 2021. (Photo: via Associated Press)

POLITIQUE - Candidate à l’élection présidentielle cherche signatures d’élus. Dans une vidéo publiée sur YouTube jeudi 4 novembre, Marine Le Pen s’en remet aux adhérents du Rassemblement national, pour l’aider à obtenir les 500 parrainages pour l’élection présidentielle 2022. “Si vous-même vous connaissez un maire qui accepterait de nous parrainer, contactez-nous”, lance la candidate RN, qui affirme qu’il est “de plus en plus difficile” de trouver des élus prêts à accorder leur parrainage au parti lepéniste.

La faute, selon elle, à la transparence instaurée en 2017, laquelle conduirait les élus locaux à renoncer à apposer leurs noms aux côtés de la formation d’extrême droite. “Nous avons réclamé que leurs noms ne soient pas publiés, parce que ça n’apporte rien. À part permettre à certaines associations d’extrême gauche de faire pression sur eux”, déplore la députée du Pas-de-Calais, qui avait bouclé ses parrainages trois jours seulement avant la date butoir lors de la précédente présidentielle. Il faut dire qu’en cette année 2017, seulement 34% des élus habilités avaient apporté leur parrainage. “Dans près de trois quarts des cas, il s’agissait d’élus communaux et intercommunaux”, détaille la Direction de l’information légale et administrative.

Controverse et concurrence

À vrai dire, l’argument d’un possible effet néfaste de la transparence ne concerne pas uniquement Marine Le Pen. “Les élus locaux auront du mal à donner à quelqu’un de sulfureux. Cela peut poser un problème à Eric Zemmour de ce point de vue car son profil est sujet à controverse”, notait dans L’Express le politologue du CNRS et du Cevipof Bruno Cautrès, avant de nuancer: “mais les élus locaux sont de grands serviteurs de la chose publique”. En parallèle, Marine Le Pen fait face à une autre difficulté, un peu moins avouable: la perte de 142 conseillers régionaux et départementaux entre 2015 et 2021. Ce qui, mécaniquement, affecte son potentiel de parrainages.

Autre obstacle pour la candidate RN, la concurrence sur son espace politique. Début octobre, alors que la candidature Zemmour dépassait pour la première fois celle de Marine Pen dans un sondage, un cadre du parti lepéniste confiait au HuffPost sa crainte de voir des parrains autrefois acquis au parti lepéniste jeter leur dévolu sur l’aventure du polémiste. Une concurrence à laquelle s’ajoutent celles de Nicolas Dupont-Aignan, Florian Philippot et François Asselineau.

“Il y a chaque fois peu ou prou 5000 élus prêts à parrainer un candidat à la présidentielle. C’est un tout petit gâteau. Si 1500 d’entre eux sont favorables à une candidature nationaliste c’est déjà énorme”, expliquait récemment au Figaro une source impliquée dans cette chasse aux signatures. Toujours auprès du quotidien, l’un de ces candidats affirmait, sous couvert d’anonymat, qu’il est impossible, au bout du compte, que tous soient présents sur la ligne de départ le 10 avril 2022.

“On n’est pas très inquiets”

Mais en interne, l’heure n’est pas encore à la panique. “Au fond, on n’est pas très inquiets. On est partis tôt, les choses avancent bien et on devrait y arriver”, relativise auprès du HuffPost un membre du bureau national du RN, qui ajoute: “après, ce n’est pas sans danger. On a des remontées de maires qui disent ‘je la donne à quelqu’un d’autre parce que c’est sûr que Marine les aura’. S’ils sont nombreux à penser comme, ça posera problème”.

Dans cette course de fond, la présidente (en disponibilité) du Rassemblement national a encore du temps devant elle. La période de recueil des parrainages s’achèvera au plus tard le sixième vendredi avant le premier tour. Entre-temps, Marine Le Pen devra aussi surmonter l’autre grande difficulté de sa campagne: celle du financement.

À voir également sur Le HuffPost: Marine Le Pen fait un retour offensif sur l’immigration, voici pourquoi

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles