Présidentielle 2022: Marine Le Pen dévoile un nouveau slogan de campagne

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Marine Le Pen à Mayotte, le 16 décembre 2021. (Photo by Ali AL-DAHER / AFP) (Photo by ALI AL-DAHER/AFP via Getty Images) (Photo: ALI AL-DAHER via Getty Images)
Marine Le Pen à Mayotte, le 16 décembre 2021. (Photo by Ali AL-DAHER / AFP) (Photo by ALI AL-DAHER/AFP via Getty Images) (Photo: ALI AL-DAHER via Getty Images)

POLITIQUE - On avait cru comprendre que c’était “Libertés, libertés chéries”. En septembre, Marine Le Pen avait choisi ce slogan pour sa rentrée politique à Fréjus dans le Var. Un choix contesté en interne par ceux qui voyaient déjà la candidature d’Éric Zemmour arriver et qui allait forcer la candidate à revenir à ses fondamentaux.

Selon les informations duPointet deBFMTV, la candidate du RN prépare les derniers détails de son affiche officielle assortie du slogan: “Une femme d’État pour la France” qui sera dévoilée le 15 janvier lors d’une une “convention présidentielle”. La formule n’a rien d’anodin, alors que la présidentielle de 2022 sera la première après la vague de témoignages du mouvement Me Too en octobre 2017 et que ce dernier a durablement transformé la vie politique française.

Même si le mouvement “Me Too politique” a rappelé cet automne que la question des violences sexistes et sexuelles était loin d’être réglée en politique, la victoire de Valérie Pécresse, seule femme en lice, au congrès de LR, a rebattu les cartes et démontré que l’atout femme peut en être désormais un, quand il a longtemps été un handicap en politique.

Surtout que le principal concurrent de Marine Le Pen, Éric Zemmour pèche de ce côté-là. Après avoir écrit des propos misogynes dans ses livres (qu’il assume plus ou moins), il est accusé par plusieurs femmes d’agressions sexuelles dans Mediapartet Complément d’enquête. En conséquence, il subit un “gender gap” dans les intentions de vote, c’est-à-dire un écart plus important que les autres candidats entre le vote des hommes et le vote des femmes, ces dernières étant loin de lui être acquises.

Marine Le Pen, qui vise à peu près le même électorat et qui constate la concurrence frontale que la candidature de Zemmour opère sur elle, se positionne donc en “femme d’État”, pour rappeler son genre et en faire un atout. Elle tente dans le même temps de proposer un positionnement plus apaisé, au-dessus de la mêlée, comme on l’a vue récemment à Mayotte, dansant avec les habitants, loin du côté clivant assumé d’Éric Zemmour dont la visite chahutée à Marseille qui s’est conclue sur un doigt d’honneur restera le symbole de cette précampagne.

À voir également sur Le HuffPost: En réanimation et sous oxygène, ce non-vacciné évoque sa prise de conscience

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles