Présidentielle de 2022 : l'union de la gauche est-elle perdue d'avance ?

C’est un rendez-vous très attendu à gauche. Samedi 17 avril, sur invitation du député européen écologiste Yannick Jadot, le PCF, la France insoumise, le PS et Europe Écologie les Verts sont se réunir. Tous sont à la peine dans les sondages. La gauche représente seulement 30 % des intentions de vote. Le seul à tirer son épingle du jeu est Jean-Luc Mélenchon, qui sera représenté samedi par un membre de son parti. De son côté, Anne Hidalgo, la maire de Paris, sera aussi présente. Des querelles de personnes Le but est de travailler à un rassemblement avec toutes les composantes de la gauche. Un vœu pieux pour l’heure. En effet, si l’écologie réunit tous les partis de gauche, des points de divergence existent, à l’instar de la question européenne et institutionnelle. La France insoumise plaide par exemple pour la naissance d’une VIème République. Les autres sujets à éclaircir sont également la laïcité et l’insécurité. Néanmoins, selon le politologue Rémi Lefebvre, ce ne sont pas ses divisions idéologiques qui nuisent à l’union de la gauche. Il évoque plutôt "des personnes qui n’arrivent pas à s’entendre", mais aussi des "intérêts d’organisations politiques qui cherchent à se maintenir dans le jeu politique".