Présidentielle 2022 : les jeunes Français en colère face au scrutin, “un parfum de Mai 1968”

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Présidentielle 2022 : les jeunes Français en colère face au scrutin, “un parfum de Mai 1968”
PHOTO SAM TARLING / Getty Images via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

“Ni Macron ni Le Pen” : c’est le slogan peint en lettres rouges par des étudiants sur les murs de la Sorbonne. Depuis le résultat du premier tour de l’élection présidentielle française le 10 avril, une partie de la jeunesse se mobilise pour dire son rejet des deux candidats retenus dans la course à l’Élysée, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. “Plusieurs centaines de jeunes sont rassemblés sur les vieux bancs en bois de l’un des amphithéâtres historiques, relate Die Welt, qui a récemment consacré un reportage au mouvement. On les entend chanter L’Internationale depuis la rue. ‘Siamo tutti antifacisti’, scandent-ils en italien, ‘Nous sommes tous antifascistes’”.

“Un parfum de Mai 68 flotte sur le quartier Latin en ce mois d’avril, entre les deux tours de l’élection présidentielle”, poursuit le quotidien allemand. Car pour nombre de jeunes Français, le duel Macron-Le Pen “n’est pas une redite : lui n’incarne plus l’espoir, et elle ne fait plus figure d’épouvantail”. Pendant l’entre-deux-tours, l’École normale supérieure (ENS), “où a étudié Jean-Paul Sartre”, précise le titre, était par exemple “barricadée”.

Une jeunesse “désemparée ou en colère”

Les jeunes mobilisés, explique Die Welt, “ne veulent pas subir cinq années supplémentaires ‘de libéralisme effréné, ni un nationalisme despotique’. Car ils ne veulent pas “avoir à choisir entre la peste et le choléra, affirment-ils, comme s’ils pouvaient faire la grève de la démocratie”. C’est une jeunesse française “désemparée ou en colère” que décrit le journal d’outre-Rhin, rappelant que près de la moitié des 25-34 ans n’ont pas voté au premier tour, tandis qu’un tiers des votants de moins de 25 ans avaient choisi Jean-Luc Mélenchon, écarté du second tour.

Une partie des électeurs déçus de l’échec de la France insoumise n’a pas pu se résoudre à aller voter au second tour, relate The Independent, citant plusieurs témoignages. Mais il semble tout de même que “Macron puisse compter sur les voix des jeunes, du moins jusqu’à un certain point, car ils ne peuvent tout bonnement pas envisager de voter pour Marine Le Pen”. Quel que soit le résultat annoncé à 20 heures, ce dimanche 24 avril, la colère des jeunes français risque fort de perdurer.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles