Présidentielle 2022 : ces 500 signatures qui inquiètent Mélenchon

·1 min de lecture

Sans surprise, il a bien récolté, en cinq jours, ses 150.000 signatures citoyennes. En annonçant sa candidature à la présidentielle, dimanche dernier sur TF1, le tribun de La France insoumise (LFI) avait conditionné cette dernière à l'obtention de ces parrainages. Un faux suspense bien vite levé, destiné à souligner que cette nouvelle candidature de Jean-Luc Mélenchon, la troisième, était légitimée par "le peuple". Et, aussi, que ce mode de qualification était plus représentatif que le seuil des 500 signatures d'élus traditionnellement requis pour participer à la compétition. Car cette haie-là, Mélenchon va éprouver infiniment plus de difficultés à la franchir.

Lire aussi - Présidentielle : déclaré candidat, Mélenchon a 18 mois pour convaincre

Il y a une quinzaine de jours, l'Insoumis en chef le pressentait. "Dans le passé, nous n'avons eu aucune difficulté, expliquait-il. Mais on ne sait jamais si on va en avoir. Je ne veux pas faire le fier et dire que je suis assuré d'avance [de les recueillir]." Bien vu. En 2017, le candidat de la gauche radicale avait sans peine atteint, et dépassé, la barre des 500. A l'époque, candidat commun de LFI et du PCF, il pouvait compter sur le réseau d'élus de ce dernier. Pas cette fois-ci. "Qu'il puisse compter sur nous, ça, c'était avant, tranche Fabien Roussel, le secrétaire national du PCF. Les 500 signatures, c'est son problème."

Le PCF avait décidé de s'amuser avec ses nerfs 

Même si une dizaine de militants avaient été mobilisés à l'époq...


Lire la suite sur LeJDD