Présidentielle 2022: Hidalgo veut un débat télévisé à gauche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Anne Hidalgo
    Anne Hidalgo
    Femme politique française, maire de Paris

POLITIQUE - “Débattons”. Alors que sa proposition d’une primaire reste largement lettre morte au sein de sa famille politique, Anne Hidalgo est revenue à la charge, ce vendredi 17 décembre, pour inviter les autres candidats de gauche à participer à un débat télévisé pour présenter aux Français leurs “propositions” et faire émerger “convergences” et “différences” avant la présidentielle.

“Cette proposition, je la lance à l’ensemble des candidates et des candidats de la gauche: c’est ‘débattons, assumons’ (...), devant les Françaises et les Français, sur une chaîne de télévision, pour pouvoir exprimer ce que la gauche, ses différentes composantes, porte aujourd’hui” dans cette élection, a-t-elle déclaré, lors d’une conférence de presse à Paris.

Ce débat ”à la loyale” précéderait la primaire à gauche qu’elle a de nouveau appelée de ses vœux, peu après l’annonce par l’ex-Garde des Sceaux Christiane Taubira d’une autre possible candidature à gauche.

“Ce que Christiane Taubira a dit ce matin valide cette idée que pour se rassembler, pour se réunir, de façon transparente”, il n’y a “pas d’autre façon de faire que de le faire à travers un vote organisé qui soit précédé par évidemment un certain nombre de débats”, a insisté Anne Hidalgo.

Un débat pourtant refusé au PS

En septembre dernier, la maire de Paris et les instances du Parti socialiste avaient pourtant refusé d’organiser un débat public avec l’autre prétendant à l’investiture socialiste, l’ex-ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

Cela aurait conduit ”à la surenchère et la division”, disait alors le premier secrétaire Olivier Faure, échaudé par les dernières primaires socialistes de 2012 et 2017. “S’il n’y a plus de débat au sein du PS, c’est la mort du parti tel qu’il a existé”, s’était insurgé Stéphane Le Foll, dans une interview au Journal du Dimanche.

Si l’on en croit les dernières déclarations des concurrents d’Anne Hidalgo à gauche, ce débat télévisé a peu de chance d’apparaître sur le petit écran des Français au cours des prochaines semaines.

“Soyons sérieux, on est à quatre mois d’une élection présidentielle, on va faire un congrès du PS à ciel ouvert, avec des tendances, des candidats, des sous-candidats?”, avait raillé Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France insoumise, dans la foulée de la proposition d’une primaire par la candidate socialiste. Interrogé mercredi par RTL, Yannick Jadot a lui regretté qu’Anne Hidalgo n’ait pas saisi sa “main tendue” pour faire “le rassemblement” à gauche.

À voir également sur Le HuffPost : Encore une primaire? On a testé l’idée d’Hidalgo chez Jadot

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles