Macron-Le Pen : des hauts et débats (présidentiels)

·1 min de lecture
Emmanuel Macron et Marine Le Pen avant le débat en 2017.
Emmanuel Macron et Marine Le Pen avant le débat en 2017.

Une campagne présidentielle est un roman avec ses personnages, ses intrigues, ses coups bas et ses rebondissements. Et aussi ses rites. L'un d'entre eux est le débat d'entre-deux-tours. Après un intense affrontement à distance, les deux concurrents finalistes se retrouvent face à face dans ce qui doit être un moment de télévision. Les journalistes deviennent au mieux des passe-plats ou, pire, des représentants de l'horloge parlante. Car les vedettes, ce sont eux : ces candidats à la magistrature suprême qui parlent, le croit-on, de leur programme et de leurs différences. Nouvel épisode ce mercredi avec le débat télévisé entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, diffusé sur TF1 et France 2 (et à suivre dès 20 heures sur Le Point).

Au fil du temps, les débats ont perdu en qualité : celui de 1974 est de haute volée où l'on évoque autant la hausse des prix que la situation internationale ; celui de 1981 ressemble davantage à un match retour, mais ce sont bien deux modèles de société qui s'affrontent ; en 1988, c'est un affrontement d'hommes qui se haïssent ; en 1995, c'est le débat « Témesta » entre deux concurrents presque étonnés d'être là ; en 2002, Jacques Chirac s'en soustrait ; en 2007, les enfants de la télé prennent le pouvoir ; en 2012, c'est le combat des « menteurs » ; en 2017, c'est une victoire par KO.

Ces débats, ultrapréparés, âprement négociés et très répétés, obligent le président sortant à un exercice d'équilibriste : jouer les outsiders pour con [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles