Présidentielle 2022: Faure estime que Mélenchon "ne peut pas être celui qui rassemble la gauche"

·2 min de lecture
Le premier secrétaire du PS Olivier Faure le 27 octobre 2020 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Le premier secrétaire du PS Olivier Faure le 27 octobre 2020 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Jean-Luc Mélenchon "ne peut pas être celui qui rassemble la gauche et les écologistes", a estimé jeudi le premier secrétaire du PS Olivier Faure, qui défend toujours une éventuelle candidature d'Anne Hidalgo à la présidentielle.

"Jean-Luc Mélenchon, ce qu'il dit c'est inacceptable, parce que la gauche ça n'a jamais été ni le populisme, ni le complotisme. Nous devons revenir à ce que sont nos fondamentaux, c'est-à-dire la volonté d'émancipation de la population, d'amener les gens à la vérité, et la vérité ça n'est pas la fausse vérité", a-t-il insisté sur France 2.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Mélenchon "a à plusieurs reprises franchi la ligne rouge"

Les propos de Jean-Luc Mélenchon prédisant dimanche "un grave incident ou un meurtre" dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, un événement "écrit d'avance", ont suscité l'indignationdans la classe politique. Mais aussi parmi les familles des victimes des attentats islamistes, le chef des Insoumis citant notamment la tuerie commise par Mohammed Merah en 2012.

Interrogé sur la prise de position de l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, qui a estimé que le chef de file des Insoumis ne devrait pas se présenter à la présidentielle, Olivier Faure "partage l'avis que Jean-Luc Mélenchon a à plusieurs reprises franchi la ligne rouge et qu'il ne peut pas être celui qui rassemble la gauche et les écologistes".

Hidalgo candidate? "Peut-être que le temps des femmes est venu"

Selon lui, il faut réfléchir à "d'autres candidatures. Moi j'en ai une à vous proposer: Anne Hidalgo; elle est celle qui a montré par sa rigueur, la façon dont elle gère la plus grande ville de France, qu'elle pouvait être celle-là. Et peut-être que le temps des femmes est venu aussi", a-t-il insisté.

Selon lui, "aujourd'hui, il n'y a aucune dynamique de rassemblement, mais le rassemblement ne peut se faire que sur des bases extrêmement claires. On vient de parler de complotisme et de populisme. Je souhaite un rassemblement qui se fasse sur des bases saines, claires, sur lesquelles personne n'ait à rougir, c'est la seule condition pour créer la dynamique".

Article original publié sur BFMTV.com