Présidentielle 2022: face à Anne Hidalgo, une longue liste de prétendants déclarés à gauche

·3 min de lecture
Anne Hidalgo, Fabien Roussel, Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, Delphine Batho, Yannick Jadot, Éric Piolle, Sandrine Rousseau... De nombreuses personnalités se sont déclarées candidates à la présidentielle de 2022.  - BFMTV
Anne Hidalgo, Fabien Roussel, Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg, Delphine Batho, Yannick Jadot, Éric Piolle, Sandrine Rousseau... De nombreuses personnalités se sont déclarées candidates à la présidentielle de 2022. - BFMTV

Anne Hidalgo, dont les ambitions présidentielles ne faisaient plus de doute, a annoncé officiellement sa candidature ce matin à Rouen (Seine-Maritime).

"Aujourd'hui, je suis prête. (...) J'ai décidé d'être candidate à la présidence de la République française", a expliqué l'élue socialiste, pour offrir "un avenir à nos enfants" ainsi que pour "bâtir une France plus juste, plus forte, dont la voix singulière doit à nouveau porter en Europe et dans le monde".

Elle est à présent lancée dans la course à l'Élysée, comme une multitude d'autres candidats à gauche. Tour d'horizon de ces personnalités de gauche qui partagent ses ambitions.

• Anne Hidalgo, la quasi-investie par le Parti socialiste

Développement du vélo, piétonisation des quais de Seine, limitation de la vitesse en centre-ville, la candidate socialiste présente un bilan tourné vers l'écologie.

Dans notre dernier sondage Elabe "L'Opinion en direct" pour BFMTV, la maire de Paris, âgée de 62 ans, est créditée de 5% des voix, plombée par l'éclatement des candidatures de gauche. Le Parti socialiste organisant un éventuel vote interne, Anne Hidalgo devra cependant défaire notamment Stéphane Le Foll avant d'être la candidate officielle du parti

• Stéphane Le Foll, l'autre socialiste qui veut "un débat"

L'ancien ministre de l'Agriculture et maire du Mans, qui souhaite "un débat" au sein de sa famille politique, refuse de donner un blanc-seing à la maire de Paris et mise donc sur le vote interne des militants socialistes promis par le le premier secrétaire Olivier Faure.

• Cinq candidats chez les Verts

Une primaire opposera fin septembre cinq différents candidats écolologistes. Le grand favori de la compétition est Yannick Jadot, déjà vainqueur de la primaire Europe Écologie-Les Verts en 2016.

Se trouveront face à lui Sandrine Rousseau, ancienne vice-présidente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, Delphine Batho, ancienne ministre de l'Écologie, Éric Piolle, maire de Grenoble et Jean-Marc Governatori, conseiller municipal de Nice.

• Arnaud Montebourg, sans parti

L'ancien ministre de l'Économie Arnaud Montebourg a annoncé sa candidature à la présidentielle le 4 septembre dernier. Alors qu'il avait été candidat malheureux à la primaire socialiste en 2012 et 2017, il a décidé en septembre de créer son propre mouvement "La Remontada".

• Jean-Luc Mélenchon avec la France Insoumise

Le chef de la France Insoumise se prépare depuis longtemps à cette campagne. Il avait annoncé sa candidature dès novembre 2020. L'ancien socialiste s'était déjà présenté en 2012 et en 2016 et avait remporté la quatrième place les deux fois. D'après notre sondage, Jean-Luc Mélenchon obtiendrait 9 à 10% des voix.

• Fabien Roussel pour le Parti communiste

Le chef des communistes a été investi candidat du parti par plus de 80% des adhérents dès début mai 2021. Le PCF n'avait pas présenté de candidat depuis 2007, quand Marie-George Buffet n'avait obtenu que 1,93% des voix. En 2012 et 2017, le parti communiste avait soutenu Jean-Luc Mélenchon.

• Philippe Poutou au NPA

Il s'agit de sa troisième candidature. Après 2012 où il avait rassemblé 1,15% des voix et 2017 (1,09%), Philippe Poutou a été à nouveau désigné représentant du NPA pour 2022. Le NPA a déclaré faire campagne pour un SMIC à 1800 euros nets, la nationalisation des banques et la gratuité des transports.

• Nathalie Arthaud avec Lutte ouvrière

La professeure d'éco-gestion sera à nouveau candidate pour 2022. Elle s'était déjà présentée en 2012 (0,56%) et en 2017 (0,64%).

"Je porterai les intérêts des travailleurs, je dénoncerai l'exploitation, les bas salaires, et toute cette organisation capitaliste. Si les travailleurs dirigeaient la société, ils feraient mille fois mieux que les dirigeants actuels", estimait Nathalie Arthaud auprès du Point en avril dernier.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles