Présidentielle 2022 : entre socialistes, "insoumis" et écolos, la fin du tout à l’ego à gauche ?

Clément Parrot
·1 min de lecture

"Il serait criminel pour la gauche de ne pas se rassembler." Quand il s'exprime sur franceinfo au sujet de l'élection présidentielle de 2022, Benoît Hamon verse dans la métaphore judiciaire. L'ancien candidat PS à l'Elysée exagère sans doute, mais en ces temps d'émiettement, aucun mot n'est trop fort pour évoquer l'enjeu qui attend la gauche d'ici un an. Depuis plusieurs jours, les déclarations fleurissent pour appeler au rapprochement des différentes sensibilités de gauche. Une date de réunion a même été fixée, samedi 17 avril à 10 heures, après l'appel au rassemblement lancé fin mars par l'écologiste Yannick Jadot sur France Inter : "Notre responsabilité historique, c'est de dépasser nos différences."

"Peut-être qu'on n'y arrivera pas, mais tentons."

Yannick Jadot

sur France Inter

Lors des quinze derniers jours, le député européen a donc pris son téléphone pour convaincre les uns et les autres de participer à cette tentative tardive de rassemblement des 50 nuances de gauche, allant de Jean-Luc Mélenchon aux déçus du macronisme. Il a même échangé deux fois, longuement, avec le leader de La France insoumise (LFI), candidat déclaré depuis novembre. Pour éviter le quartier général d'un parti, la rencontre se déroulera en terrain neutre, en présentiel, dans un hôtel du 19e arrondissement de Paris. Le tout en comité restreint, mesures barrières obligent.

"La seule façon d'être au second tour"

Le plan de table a été pensé pour savoir comment placer l'organisateur, Yannick Jadot (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi