Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron s’attend à des tentatives d’ingérence turques

Source AFP
·1 min de lecture

Interrogé dans l'émission "C dans l'air", le président français n'a toutefois pas fermé la porte à une amélioration des relations avec Ankara.

Emmanuel Macron a mis en garde mardi contre « les tentatives d'ingérence » de la Turquie dans la prochaine élection présidentielle française de 2022, sans pour autant fermer la porte à une amélioration des relations avec Ankara, exécrables depuis plus d'un an. « Évidemment. Il y aura des tentatives d'ingérence pour la prochaine élection. C'est écrit, et les menaces ne sont pas voilées », a déclaré le chef de l'État, interrogé dans le cadre d'un documentaire de l'émission C dans l'air de la chaîne de télévision France 5 sur le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Évoquant la brûlante controverse sur la question religieuse, déclenchée après son discours à l'automne sur « le séparatisme islamiste », le locataire de l'Élysée a fustigé « une politique de mensonges d'État relayés par les organes de presse contrôlés par l'État turc », ainsi que « par certaines grandes chaînes contrôlées par le Qatar ». Recep Tayyip Erdogan a déjà été accusé d'ingérence électorale, notamment en Allemagne, quand il avait demandé aux électeurs germano-turcs de voter contre le parti d'Angela Merkel en 2017.

À LIRE AUSSI Drones, tanks, frégates : Erdogan booste son industrie militaire

« Il faut qu'on soit très lucide », a poursuivi Emmanuel Macron, dont les relations avec son homologue turc ont été extrêmement tendues avant un début de dégel il y a quelques mois. « J'ai noté depuis le début de l'année une volonté d'Erdogan de se réengager dans la relation. Je veux croire que c'est [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :