Présidentielle 2022: Emmanuel Macron et Marine Le Pen ciblent l’électorat catholique

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans la campagne pour la présidentielle française, Emmanuel Macron a repris sa casquette de président de la République à l’occasion d’une visite du chantier de Notre-Dame-de-Paris, trois ans après l’incendie qui a ravagé une partie de l’édifice. Quant à Marine Le Pen, elle était dans le Vaucluse où, à l’occasion du Vendredi Saint, elle n’a pas manqué de faire, elle aussi, un clin d’œil à l’électorat catholique.

Avec nos envoyés spéciaux à Notre-Dame de Paris et à Lauris, Anthony Lattier et Julien Chavanne

Blouse grise et casque blanc, Emmanuel Macron fait le point sur l’avancée des travaux avec celles et ceux qui œuvrent à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Un répit dans une campagne de plus en plus tendue.

« Dans cette période où l’on sort du Covid, où il y a la guerre en Europe, tout est difficile. C’est aussi le témoignage d’espérance qui correspond cette période. Et penser un peu d’espérance à travers ces signes tangibles qui nous sont donnés éclaire la journée », déclare Emmanuel Macron, au micro d’Anthony Lattier, du service politique de RFI.

À lire aussi : Il y a trois ans jour pour jour, la cathédrale Notre-Dame s'embrasait

« Quelques minutes d’arrêt dans une campagne folle ! »

Difficile de ne pas y voir un signal aux croyants à neuf jours du second tour. Un signal qu’a envoyé, elle aussi, Marine Le Pen dans le Vaucluse à l’occasion du Vendredi Saint, passage rapide dans une église. Celle de Notre-Dame de la purification, à Lauris.

« On est évidemment un jour important pour les catholiques. Je souhaitais pouvoir faire ces quelques minutes d’arrêt dans une campagne folle ! », dit Marine Le Pen, la candidate Rassemblement national au micro de Julien Chavanne, du service politique de RFI. La candidate de l’extrême droite aurait-elle souhaité aller à Notre-Dame de Paris ? « Oui, j’aurais souhaité. Mais je ne suis pas encore présidente de la République, je n’en ai donc pas la possibilité. »

Devenir présidente est son vœu le plus cher, Marine Le Pen a d’ailleurs a allumé un cierge à l’intérieur l’église. 27% des catholiques ont voté pour elle dimanche dernier selon un sondage IFOP. 29% ont choisi Emmanuel Macron.

►À lire aussi : Présidentielle 2022: après la Sorbonne, des lycées vers une voie contestataire?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles