Présidentielle 2022 : ce que dit l'abstention enregistrée au second tour, la plus forte depuis 53 ans

·3 min de lecture

L'abstention s'élève à 28,1% ce dimanche à 20 heures, selon les estimations d'Elabe pour BFMTV, L'Express, SFR et RMC.

Inédit depuis plus d'un demi-siècle: le taux d'abstention atteint 28,1% ce dimanche 24 avril 2022 au second tour de la présidentielle, selon les estimations d'Elabe, pour BFMTV, L'Express, SFR et RMC. La seconde manche du scrutin opposait le président de la République sortant Emmanuel Macron à la candidate du Rassemblement national (RN) Marine le Pen, déjà finalistes en 2017. C'est l'actuel chef de l'État qui a été réélu, avec 57,6% des voix.

À 17 heures, selon le ministère de l'Intérieur, les trois départements à s'être le plus abstenu en France étaient la Seine-Saint-Denis, la Haute-Corse et le Val-de-Marne. A contrario, les départements où l'on s'était le plus mobilisé étaient l'Aveyron, la Dordogne et les Landes, trois départements ruraux.

Le 10 avril, au premier tour de l'élection, l'abstention avait déjà été importante, mesurée à 26,31%. Le chiffre progresse donc ce dimanche de presque deux points, selon les premières estimations qui seront consolidées ces prochaines heures avant les résultats définitifs communiqués par Beauvau.

"Problème de représentation démocratique"

L'abstention grandissante, soulignait l'éditorialiste politique de BFMTV Matthieu Croissandeau sur notre antenne peu avant les résultats, "n'est pas un phénomène franco-français. C'est un phénomène qui frappe toutes les grandes démocraties, comme s'il y avait une forme d'essoufflement démocratique, près de 80 ans après la Seconde Guerre mondiale dans la démocratie occidentale".

Matthieu Croissandeau avance "un problème de représentation démocratique" pour expliquer ces chiffres qui atteignent des sommets.

"Le front républicain n'est plus un argument"

Que ce soit aux élections régionales, municipales ou aux autres scrutins intermédiaires, "on commente un chiffre (de l'abstention) qui ne fait que grossir, que grandir", indiquait sur BFMTV Emmanuelle Souffi ce dimanche en fin de journée.

"Aujourd'hui, on pourrait se dire qu'avec un Rassemblement national, une extrême droite à nouveau présente au second tour (comme en 2017 et en 2002, NDLR), avec un Président sortant qui est fortement contesté, que les gens se mobiliseraient quand même, le fameux front républicain, mais aujourd'hui ce n'est plus un argument", juge la journaliste politique au Journal du dimanche. "Le vote contre, le vote rejet, n'est plus un argument pour aller voter", ajoute-t-elle.

Si l'abstention n'a fait que croître au second tour de la présidentielle depuis 2007 et l'élection de Nicolas Sarkozy (16,03%), le record du chiffre sous la Ve République a été établi en 1969, avec 31,15%.

C'est Georges Pompidou qui avait été désigné par les urnes cette année-là, opposé à Alain Poher. Il s'agissait sous ce régime de la deuxième élection du président de la République au suffrage universel direct.

Précédemment, les chiffres de l'abstention au second tour d'une élection présidentielle avaient été de 25,44% en 2017 et de 19,65% en 2012.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Présidentielle 2022 : Emmanuel Macron réélu à 58,2 % des voix

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles