Présidentielle 2022: la CGT et la CFDT font front commun contre Marine Le Pen

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

À une semaine du second tour de l'élection présidentielle, les chefs des deux principaux syndicats français, la CGT et la CFDT signent une tribune commune dans le Journal du dimanche pour appeler à faire barrage contre Marine Le Pen.

Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT et Laurent Berger, son homologue la CFDT, estiment que Marine Le Pen et son parti, le Rassemblement national (RN), représentent un danger pour la démocratie et les droits des travailleurs. Une démarche inhabituelle de la part des « frères ennemis » du syndicalisme français.

Les deux syndicats s'opposent à longueur d'année dans les débats sociaux et ils évitent aussi d'entrer de plain-pied dans l'arène politique, mais cette fois-ci, Philippe Martinez et Laurent Berger font cause commune. Craignant « le scénario catastrophe », d'une victoire de Marine Le Pen, ils appellent dans une tribune cosignée dans le Journal du dimanche à ne pas lui « confier les clés de la démocratie ».

Le RN, une menace pour le contre-pouvoir syndical

Pour les deux principaux leaders syndicaux français, le Rassemblement national est « un danger pour les droits fondamentaux des citoyens et des travailleurs », et « ne peut pas être considéré comme les partis républicains ». Philippe Martinez et Laurent Berger montrent aussi du doigt la menace que représente Marine Le Pen pour le contre-pouvoir syndical, pointant sa volonté d'affaiblir les syndicats, notamment disent-ils, en favorisant l'émergence de corporations.

Si les deux hommes surmontent ainsi leur rivalité, c'est parce qu'ils ont conscience que le vote Le Pen progresse aussi parmi leurs sympathisants. Ainsi, 22% des personnes proches de la CGT ont voté pour Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle alors qu’ils n'étaient que 15% à le faire en 2017.

Si les deux hommes ne donnent aucune consigne de vote, en revanche, Laurent Berger lui a appelé à voter pour Emmanuel Macron.

À lire: Présidentielle: quels programmes économiques pour les candidats au second tour?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles