Présidentielle 2022: Cazeneuve dit pourquoi il a renoncé à se présenter

·3 min de lecture

L'ancien Premier ministre de François Hollande explique que "l’état-major socialiste (...) ne voulait pas" de sa candidature.

POLITIQUE - En fait, non. Le journal L’Express raconte, dans une enquête publiée lundi 15 novembre, comment Bernard Cazeneuve a renoncé à se présenter à l’élection présidentielle alors que “tout était prêt” pour sa candidature, selon plusieurs témoignages à visages découverts.

Selon l’hebdomadaire, les ambitions élyséennes de l’ancien Premier ministre socialiste de François Hollande remontent au moins à 2019. C’est à ce moment là qu’il aurait refusé la proposition d’Olivier Faure de porter la liste du parti à la rose aux élections européennes... gardant ses options ouvertes pour le printemps 2022. Une échéance autour de laquelle plusieurs de ses soutiens se sont mis en branle.

“Je l’invite à déjeuner et dès le début, j’y vais franco en lui disant: ‘Il paraît que tu veux t’y coller?’ Il me dit oui et je lui dis que s’il y va, je le soutiendrai. Je n’ai jamais eu de nouvelle depuis”, raconte par exemple Arnaud Montebourg, désormais chef de file de la “Remontada”, à propos d’un rendez-vous organisé avec son ancien collègue à l’automne 2019, à l’heure où se structuraient ses futures équipes de campagne. 

“L’état-major socialiste (...) ne voulait pas de moi”

Alors que s’est-il passé? “Bernard ne l’a jamais dit mais on a tous compris qu’il n’irait pas. Il avait tout validé, les correspondants par départements, les soutiens, les réunions publiques, etc. Tous ces gens m’ont appelé pendant des semaines pour en savoir plus, mais moi-même je n’avais aucune réponse”, se souvient Christophe Sirugue, ancien secrétaire d’État socialiste à l’Industrie.

En réalité, Bernard Cazeneuve ne s’est pas senti désiré par les dirigeants du parti à la rose. Il l’explique lui-même dans les colonnes de l’Express. “L’état-major socialiste m’a bien fait comprendre qu’il ne voulait pas de moi. Ils n’étaient pas dans la vision de la social-démocratie que j’ai, ils me parlaient dans une novlangue, de social-écologie ou que sais-je. Dont acte”, confesse-t-il, avant d’ajouter: “je ne cherche pas à plaire ni à me fondre dans l’époque car la vie politique est une affaire de temps long.” C’est tout? 

Dans ce contexte, l’hebdomadaire avance d’autres raisons à ce renoncement. Selon un de ses “fidèles”, la révélation, par Édouard Philippe, en 2019, de ses dépenses comme Premier ministre “lui a fait mal” puisque cela “entachait sa probité.” Dans le même esprit, Jean-Christophe Cambadèlis, ex-patron du PS parle de son côté de la “crainte” d’être attaqué par les écologistes “sur la mort de Rémi Fraisse” en 2014 à Sivens.

Reste une certitude: l’ancien Premier ministre a finalement renoncé, pour mieux soutenir Anne Hidalgo avec laquelle il s’affichait le 23 octobre dernier, à Lille, pour son premier grand meeting de campagne. Dernière explication à ce choix? Toujours selon L’Express, Bernard Cazeneuve ne dépassait pas la barre des 7% d’intentions de vote dans un sondage commandé par le patron des socialistes Olivier Faure. Soit, malgré tout, deux points de plus qu’Anne Hidalgo dans les actuelles enquêtes d’opinion.

À voir également sur Le HuffPost:Hidalgo dévoile à Lille un peu plus de son programme

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Président.e. 2022 - Anne Hidalgo : "On est encore très loin de l’élection, les gens regardent ça encore comme un show télévisé" :

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles