Présidentielle 2022: Carole Delga estime qu'à gauche, "l'heure n'est pas encore à la candidature"

·2 min de lecture
La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, à Toulouse le 27 juin 2021 - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP
La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, à Toulouse le 27 juin 2021 - Lionel BONAVENTURE © 2019 AFP

Les régionales à peine passées, la présidentielle s'impose déjà dans l'actualité politique et aiguise les appétits. Ces derniers jours, les écologistes Yannick Jadot et Éric Piolle ont sauté le pas et annoncé leur candidature. Anne Hidalgo, elle, a bénéficié ce mercredi d'une tribune signée par plusieurs centaines d'élus locaux pour la pousser à se présenter.

Mais les régionales, outre pour des personnalités de droite comme Xavier Bertrand - candidat déclaré - et Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez - candidats putatifs - auraient-elles pu aussi susciter des envies à gauche? Présidente de région parmi les mieux réélus en France dimanche, Carole Delga rempile avec plus de 57% des suffrages.

"Aujourd'hui, mon avenir, c'est l'Occitanie"

Ses propres ambitions, alors que certains lui prêtent un avenir national? Carole Delga, dans un entretien au Figaro, dit en avoir "beaucoup pour le pays", mais "pas d'ambition personnelle". "Aujourd'hui, mon avenir, c'est l'Occitanie", assure la socialiste.

Soutien d'Anne Hidalgo, elle n'a toutefois pas signé l'appel en faveur de l'édile parisienne. Une absence remarquée, sur laquelle l'a notamment interrogée le quotidien. "J’ai dit à Anne Hidalgo que je lui apportais mon soutien, mon score ne change rien à mon engagement auprès d’elle avec d’autres grands élus comme ceux de Montpellier, Nantes, Nancy…", assure-t-elle.

"Je serai avec d’autres élus à la réunion du 12 juillet qu’elle organise à Villeurbanne. Je suis engagée auprès d’elle dans une équipe pour la France du faire. Mais l’heure n’est pas encore à la candidature de qui que ce soit à gauche. Nous en sommes au projet", estime la présidente de région.

"(Anne Hidalgo) a de grandes qualités pour être présidente", a par ailleurs jugé Carole Delga mercredi sur Europe 1, écartant là aussi une "ambition personnelle". Au Figaro, Carole Delga assure n'avoir "jamais rêvé d'être maire, députée, ministre ou présidente de région" et se dit "reconnaissante au destin".

Incontournable pour 2022?

Pour autant, Carole Delga refuse de fermer complètement la porte. "Je suis d'origine paysanne et on m'a toujours dit de me méfier de ces mots: 'Fontaine, je ne boirai pas de ton eau'", avance-t-elle.

Une petite phrase qui pourrait semer le trouble quant à ses intentions? Certains la voient s'engager dans la course à l'Élysée. "C'est Delga qu'il nous faut pour 2022", a par exemple estimé un élu francilien auprès Parisien.

La socialiste devrait a minima peser en vue du prochain scrutin. "Ceux qui à gauche joueront un rôle en 2022 devront inévitablement passer par Montpellier et Toulouse", estime un membre de son équipe dans les colonnes du quotidien.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles