Présidentielle 2022 : Anne Hidalgo investie candidate par le Parti socialiste

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Anne Hidalgo, maire de Paris, a été désignée, jeudi, à plus de 72 % par les adhérents du Parti socialiste comme candidate pour l’élection présidentielle de 2022, a annoncé le secrétaire général du PS, Olivier Faure, après le dépouillement de près de 90 % des bulletins.

La maire de Paris va essayer de faire mieux que Benoît Hamon en 2017 dans la course à l'Élysée. Anne Hidalgo a été investie, jeudi 14 octobre au soir, par les militants du Parti socialiste (PS) pour être leur candidate à l’élection présidentielle de 2022, à l’issue d’un vote interne.

Selon des résultats portant sur plus de 90 % des bulletins, Anne Hidalgo, qui était largement favorite, a obtenu plus de 72 % des voix, face à son seul challenger, le maire du Mans, Stéphane le Foll, a annoncé le premier secrétaire Olivier Faure, indiquant un "résultat irréversible".

"Tous et toutes mobilisés pour préparer l’alternance, c’est parti, allons-y", a déclaré Anne Hidalgo, devant plusieurs dizaines de militants et de soutiens, comme le président du département de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel ou le sénateur de Paris Rémi Féraud, rassemblés dans une brasserie du XXe arrondissement de la capitale.

"Je mesure la responsabilité qui m’incombe", a dit l’édile parisienne, se disant "fière et honorée de porter les couleurs de notre parti". "Je porte les couleurs d’une gauche de gouvernement", "qui assume l’exercice du pouvoir et les responsabilités", a-t-elle ajouté.

Une campagne qui s'annonce "difficile"

Créditée par les sondages de 4 à 7 % des voix, Anne Hidalgo s’était engagée dans la bataille pour 2022 sans attendre cette investiture, qu’elle savait quasi acquise puisqu’elle a depuis des mois le soutien des instances du parti, dont Olivier Faure.

Lors du récent congrès du PS, ce dernier jugeait d’ailleurs que la candidate aurait "vraisemblablement une majorité très large".

Saluant la "force tranquille" d’Anne Hidalgo, ce dernier a reconnu que la campagne serait "difficile" et que "personne ne souhaite notre victoire", mais "nous allons t’accompagner", a-t-il assuré.

Stéphane Le Foll ne se faisait pas d’illusions : "La messe est dite", avait-il reconnu auprès de l’AFP, dénonçant l’absence de débat avec la maire de Paris, dont il juge le projet "incohérent" et "indéfini". Anne Hidalgo l’a invité à la rejoindre dans la campagne, car "sa famille politique a besoin de lui et de son engagement".

Le parti est désormais en ordre de bataille derrière sa candidate, avec une convention d’investiture le 23 octobre à Lille, fief de Martine Aubry, sa mentor en politique. L’occasion d’un premier meeting pour sonner "la mobilisation collective", avec quelques poids lourds du PS annoncés. Mais sans François Lamy, ex-ministre de François Hollande, qui vient d’annoncer qu’il rejoignait la campagne de Yannick Jadot, un concurrent direct.

Lille permettra de "rassembler les différentes générations de la famille socialiste", assure sa directrice de campagne, Johanna Rolland.

Un début de campagne discret

Les adversaires d’Anne Hidalgo estiment qu’elle a raté son entrée dans la course présidentielle. "Vous êtes à 4 %, abonnée à 4 % et vous n’irez pas plus loin", lui a encore lancé mercredi l’ex-ministre Les Républicains (LR) Rachida Dati en plein Conseil de Paris, raillant "une campagne électorale désespérée et désespérante".

De fait, la maire de Paris s’est montrée plutôt discrète depuis l’officialisation de sa candidature le 12 septembre à Rouen. Ses proches défendent le "parti pris" d’un début de campagne "à bas bruit, sur le fond, sur le terrain", et promettent une "montée en puissance".

Mais Olivier Faure prévient : "Dès le week-end prochain, il y aura des affiches collées, des tracts (notamment en Île-de-France). Je compte bien que l’entrée en campagne des socialistes produise quelques effets."

L’entourage d’Anne Hidalgo assure qu’il n’y a "aucune espèce d’inquiétude ou de frilosité" autour de sa candidature, alors que côté écologiste, certains rêvent déjà de la voir rallier Yannick Jadot, pour l’instant légèrement plus haut dans les sondages. "Dans son parti, on voit des cadres qui disent 'on se voit bientôt', qui laissent la porte ouverte", note une responsable Europe Écologie-Les-Verts (EELV).

"Anne Hidalgo est hyper déterminée et va pouvoir faire la preuve qu’elle est dans le match", répond Johanna Rolland.

"Le pari que nous faisons c’est qu’à la fin, on se demandera, à gauche, qui est prêt à gouverner. Anne Hidalgo est la seule à avoir ces qualités", ajoute Olivier Faure. La maire de Paris assure, elle-même, qu’elle "ira jusqu’au bout".

Elle doit se rendre vendredi matin dans une maternité pour soutenir les sages-femmes en lutte pour plus de reconnaissance, puis s’envoler pour l’Espagne, pour parler écologie au Congrès du Parti socialiste espagnol à Valence.

Avec AFP et Reuters

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles