Présidentielle : Éric Ciotti "partage une partie du constat" dressé par Éric Zemmour

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Invité de "Punchline" sur Europe 1, mardi soir, Éric Ciotti s'est exprimé sur la possible candidature d'Éric Zemmour à la présidentielle. Celui qui brigue l'investiture des Républicains en décembre estime que le polémiste à la droite de la droite "suit sa démarche", indépendante de LR.

Dans la longue route semée d'embûches des Républicains depuis 2017, il s'agit d'une nouvel obstacle de taille : sans s'être même déclaré candidat à l'élection présidentielle, Éric Zemmour semble, selon les sondages, empiéter sur l'espace politique du parti de droite. De quoi "coincer" les candidats à l'investiture entre Emmanuel Macron et le polémiste de la droite de la droite ? Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Michel Barnier… Tous doivent se positionner par rapport à lui. C'est aussi le cas pour Éric Ciotti, invité mardi soir de Punchline, sur Europe 1.

"Quelles sont les propositions ?"

"Je partage une partie du constat que dresse Éric Zemmour", a affirmé le député LR des Alpes-Maritimes, listant choses sur lesquels lui et le polémiste se rejoignent : "le déclin, les menaces, la montée de l'islamisme, le déclassement" font notamment partie des éléments du diagnostic partagé à la droite de la droite. Ce constat, "je le posais déjà depuis 2015", a rappelé le parlementaire niçois.

"Après, une fois qu'on a partagé ce constat", il s'agit pour Éric Ciotti de savoir "quelles sont les propositions et comment on les met en œuvre". Le fait qu'il n'ait "pas vu pour l'instant ces propositions" participe des différences qui subsistent entre la candidat des Républicains et l'essayiste, condamné pour appel à la haine religieuse en 2018 et relaxé en 2021 pour "injure" et "provocation à la haine".

Retrouvez cet article sur Europe 1

VIDÉO - Président.e. 2022 - Anne Hidalgo sur Éric Zemmour : "Il y a une responsabilité collective à avoir laissé ce type de personnage dont les paroles relèvent du délit"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles