Présidentielle en Équateur: un second tour entre deux candidats que tout oppose

·1 min de lecture

En Équateur, les électeurs doivent faire leur choix ce dimanche entre le socialiste Andrés Arauz, arrivé largement en tête du premier tour de la présidentielle, et le conservateur Guillermo Lasso qui se présente pour la troisième fois.

Dans un contexte de crise économique, institutionnelle et sanitaire, les Équatoriens doivent choisir ce dimanche entre deux modèles diamétralement opposés. D'un côté, l'économiste de 36 ans Andrés Arauz se positionne comme l'homme providentiel de la nouvelle génération et place les questions sociales au centre de son programme.

Il incarne une gauche réformiste, progressiste, mais l'ombre de son mentor, l'ex-président Rafael Correa, réfugié en Belgique depuis la fin de son mandat en 2017, accusé de corruption, plane sur sa candidature. Une partie de l'électorat dit vouloir « tout sauf Correa », et risque de se tourner vers son concurrent Guillermo Lasso ou voter nul.

À l'opposé, Guillermo Lasso lui, représente la droite conservatrice. Ancien banquier, il se présente pour la troisième fois et se positionne désormais comme le candidat du changement, et dit vouloir passer à une ère post-Correa. Lors de sa campagne, il a assuré être le seul capable de rassembler les Équatoriens.

Mais les électeurs en majorité amérindiens de Yaku Pérez qui était arrivé en troisième position au premier tour vont peser sur le résultat du scrutin, et les questions sociales et environnementales seront décisives. Le vote risque donc d'être serré entre les deux candidats.

À écouter aussi : Équateur: le vote indigène au cœur des enjeux de la présidentielle