Présidentielle: Édouard Philippe et François Bayrou préviennent que le second tour n'est pas joué

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Édouard Philippe et François Bayrou - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Édouard Philippe et François Bayrou - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

L'ex-Premier ministre Édouard Philippe et François Bayrou, deux soutiens d'Emmanuel Macron et piliers de la majorité, mettent en garde contre l'idée d'une victoire déjà acquise au second tour du président sortant, dans deux entretiens au Figaro et à la République des Pyrénées, ce lundi.

"Rien ne me paraît joué, car beaucoup d'inconnues pèsent sur le scrutin, à commencer par l'abstention", averti l'ex-Premier ministre dans Le Figaro.

"Tout peut se produire"

"À l'évidence, le front républicain n'est plus un réflexe naturel, par lassitude sans doute. Il a baissé en intensité mais je ne crois pas à sa disparition", a ajouté le maire Horizons du Havre. Pour François Bayrou, haut commissaire au Plan et maire Modem de Pau, "à ce stade, les deux candidats peuvent gagner. Tout peut se produire, par définition".

"On a déjà vu des peuples faire des choix qu'avec le regard de l'historien on trouve insensés. Mais ça peut arriver. Quant au front républicain, je ne crois pas au front mais je crois aux républicains", analyse François Bayrou.

Selon des sondages Ipsos et Ifop diffusés ce lundi, Emmanuel Macron l'emporterait pourtant par 56% pour le premier et 54,5% pour le deuxième, dimanche face à Marine Le Pen lors de la seconde manche de la présidentielle.

876450610001_6303911753001

Édouard Philippe a engagé les soutiens d'Emmanuel Macron à se concentrer sur la victoire du président-candidat plutôt que sur la structuration politique d'une hypothétique future majorité. Il a également jugé que la réforme des retraites "mérit(ait) d'être traité très tôt au début du prochain quinquennat."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles