Le président sud-coréen sous le feu des critiques après une série d'impairs diplomatiques

En déplacement à Londres pour les funérailles de la reine Elizabeth II puis à New York pour l’Assemblée générale de l’ONU, Yoon Suk-yeol a enchaîné les erreurs diplomatiques et les gaffes. Le chef de l’État sud-coréen a, notamment, été enregistré en train d’insulter le Congrès américain à l’occasion d’un événement pour le Fonds mondial. Récit d’une semaine douloureuse pour la diplomatie sud-coréenne.

Avec notre correspondant à Séoul, Nicolas Rocca

« Comment Biden pourrait ne pas perdre la face si ces enfoirés ne votent pas sa proposition au Congrès ? » La vidéo de Yoon Suk-yeol insultant le Parlement américain a été vue plus de deux millions de fois sur YouTube et a provoqué la colère de l’opposition.

Le président sud-coréen s’est fendu de cette phrase quelques instants après avoir rencontré Joe Biden, qui venait de promettre de verser six milliards de dollars au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Un engagement qui nécessite l’accord du Congrès.

Du côté de Yoon Suk-yeol, ses équipes nient les faits et expliquent que les noms d’oiseaux étaient destinés au Parlement sud-coréen.

Déjà au plus bas dans les sondages

Une nouvelle polémique qui ne risque pas d’améliorer les sondages. Le chef de l’État chute cette semaine à 28% d’opinion favorable. Dimanche dernier, il avait été critiqué pour ne pas être allé voir le cercueil de la reine Elizabeth II lors de son arrivée à Londres. Il s’était justifié en invoquant la circulation trop dense, alors que les autres dirigeants s’étaient, eux, déplacés à pied.


Lire la suite sur RFI