Le président sud-africain défend son bilan contre le Covid-19 lors de son discours annuel

·1 min de lecture

Le président Cyril Ramaphosa a prononcé son discours annuel sur l’état de la nation devant le Parlement. Un discours qui marque aussi ses trois ans à la tête du pays. Le président a défendu ses mesures prises pour lutter contre le Covid-19 et a vanté le secteur privé comme acteur clé pour sortir de la crise.

Avec notre correspondant à Johannesburg, Romain Chanson

Depuis son pupitre, Cyril Ramaphosa mesure le gouffre qui le sépare de l'année passée. Dans le pays, le Covid-19 a fait plus de 47 000 morts et l'Afrique du Sud enregistre désormais un taux de chômage de 30%. Mais le pire a été évité et des jours meilleurs sont à venir estime Cyril Ramaphosa.

« Grâce aux mesures de secours que nous avons mises en œuvre et la réouverture progressive de l'économie, nous prévoyons une forte reprise de l'emploi d'ici la fin de l'année. »

Le salut devrait venir du secteur privé, longuement vanté lors du discours présidentiel. « Le secteur privé reste le premier et le plus gros créateur d'emplois. C'est pourquoi nous avons lancé de grandes réformes pour que le secteur privé puisse continuer d'investir dans notre pays. »

À la fin du discours, quelques Parlementaires restent sur leur faim. « Il n'y avait rien de concret ce soir pour reconstruire notre économie », tacle l'Alliance Démocratique, le plus gros parti d'opposition. Une seule bonne nouvelle selon son représentant : la prolongation pour trois mois d'une allocation mensuelle de 20 euros destinée aux plus démunis.