Le président serbe empêché par la Croatie de visiter un ancien camp de concentration

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le président serbe Aleksandar Vucic a été empêché par les autorités croates de se rendre en visite sur le site de l'ancien camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale de Jasenovac en Croatie dimanche 17 juillet. La décision a provoqué une avalanche de réactions outrées et fort peu diplomatiques chez les membres du gouvernement serbe.

Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

En visite en Bosnie dimanche 17 juillet, le président serbe Aleksandar Vucic a tenté de se rendre en Croatie. Il voulait visiter l'ancien camp de concentration de Jasenovac, où les alliés croates d'Hitler avaient assassiné des dizaines de milliers de Serbes, de Juifs et de Roms. Mais la partie croate, n'ayant pas été informée, a refusé tout net.

Les réactions outrées ont plu à Belgrade. Pour la Première ministre Ana Brnabic, l'attitude croate est anti-européenne, tandis que le ministre de l'Intérieur a affirmé que dorénavant tous les fonctionnaires croates se rendant en Serbie devront demander des autorisations et feront l'objet d'une surveillance.

Pour la Croatie, qui a qualifié la tentative de malveillante, le protocole diplomatique n'a pas été respecté. Les deux pays entretiennent des relations tendues depuis la guerre qui les a opposé à la fin du XXe siècle. Ils échangent des déclarations acides chaque été, à l'approche des commémorations d'une bataille remportée par la Croatie, mais qui avait causé de très nombreuses victimes civiles serbes.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles