Le président de Djibouti achève sa visite officielle en France

·2 min de lecture

Le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh a achevé vendredi 12 février deux jours de visite officielle en France. Après avoir rencontré le patronat français, ainsi que les ministres des Affaires étrangères et des Armées, il a déjeuné avec son homologue Emmanuel Macron vendredi. Lors de leur dernière rencontre en 2019, le président Guelleh avait regretté la baisse de l'implication économique française dans son pays. Cette visite entendait la relancer.

Au fond, il y avait deux sujets à l'agenda parisien du président djiboutien : la renégociation de l'accord de défense, certes, mais aussi les affaires.

Ismaël Omar Guelleh a d'ailleurs démarré sa visite jeudi par une rencontre avec le grand patronat français. Pour les investisseurs potentiels, il a vanté son pays, ses infrastructures portuaires et de télécommunications, sa monnaie « à parité fixe avec le dollar », minimisant enfin les risques que fait peser sa dette publique sur son économie.

Vendredi, un accord pour la construction d'une centrale photovoltaïque a ensuite été signé avec l'électricien Engie, ainsi que des partenariats privés et publics dans les secteurs de l'hôtellerie, de la recherche et de l'environnement, et notamment une coopération entre les collectivités locales de Djibouti et la région Provence Alpes-Côte d'Azur.

Puis le temps est venu de discuter des affaires militaires. Une déclaration commune sur le renouvellement de l'accord de défense existant jusqu'en 2023 a été signé par les deux présidents, selon une source diplomatique. Aucune déclaration n'a en revanche été faite sur les questions techniques qui restent en suspens.

Côté djiboutien, on tient tout de même à souligner le succès de cette visite, qui selon Daoud Houmed, porte-parole de la majorité présidentielle en Europe, « a renforcé encore davantage les liens historiques entre la France et Djibouti ».

A lire et écouter : Retour des puissances internationales et régionales à Djibouti: «afin de contrôler les ports de la mer Rouge, l’entrée de la mer Rouge»