Présidence des Républicains : Laurent Wauquiez, grand favori aux pieds d'argile

Galiero, Emmanuel, Mourgue, Marion, Infographie, Service
Laurent Wauquiez. / PHILIPPE DESMAZES/AFP

SONDAGE - Selon un sondage Odoxa, le mieux placé pour la présidence de LR souffre d'une image dégradée dans l'opinion.

Deux jours avant le premier tour de l'élection interne prévue pour déterminer une nouvelle présidence à la tête des Républicains, Laurent Wauquiez, grand favori du scrutin, a encore du chemin à faire pour gagner les cœurs et se construire une image de présidentiable. Sa position de leader n'apparaît pas suffisante pour convaincre les Français et les sympathisants LR, auprès desquels son image s'est dégradée durant la campagne.

Ces constats s'appuient sur les résultats du dernier sondage Odoxa/Dentsu Consulting, réalisé pour Le Figaro et France Info. Si 62 % des sympathisants LR sont prêts à accorder leurs suffrages, dimanche, au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le candidat de la droite «vraiment de droite» a néanmoins perdu 4 points auprès des Français et 16 points chez les sympathisants LR en deux mois. Parallèlement, ses concurrents ont marqué des points. La candidate filloniste Florence Portelli (20 %) a progressé de 6 points et le juppéiste Maël de Galan (14 %) en a gagné 12.

«Sa campagne a déplu»

Tout en soulignant la «large domination» de Laurent Wauquiez dans cette bataille interne, le sondeur Gaël Sliman, président d'Odoxa, estime que «sa campagne a déplu» et que son image est «très dégradée». Le sondage met en lumière des perceptions négatives. Chez les sympathisants LR, où 88 % des gens le jugent «compétent», 47 % le trouvent cependant «démagogue», 38 %, «agressif» et 31 % considèrent qu'il «imite le Front national». Dans le cercle plus élargi des Français, la perception est encore plus mauvaise. Pour 62 %, Wauquiez n'apparaît pas «proche des gens» et 60 % pensent que le qualificatif «honnête» ne s'applique pas à sa personnalité. Par ailleurs, il est jugé «démagogue» par près d'un Français sur deux (44 %). «Conséquence de cette image dégradée, analyse Sliman, seulement un Français (...) Lire la suite sur Figaro.fr

«Macron dégage un espace inattendu pour l'option conservatrice» 
Laurent Wauquiez s'insurge contre «les élites» 
Florence Portelli: «La présidence des Républicains ou rien!» 
Guillaume Tabard: «50.000 votants ou plus? Le test militant de LR» 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages