Présidence française de l'UE : ce qui rapproche et ce qui sépare Macron en 2022 de Sarkozy en 2008

·1 min de lecture
© Sipa

"Dans la mémoire collective, la PFUE de 2008 reste un grand succès qui servira de référence pour juger celle de 2022. Il y a quatorze ans, la France a présidé pour six mois le Conseil de l'Union européenne, c'est-à-dire les formations ministérielles spécialisées qui décident des lois européennes, tandis que le président Sarkozy présidait le Conseil européen, organe d'impulsion politique de l'Union rassemblant les chefs d'État et de gouvernement, ce qui lui donnait une puissante capacité d'initiative et de négociation géopolitique. Il l'exercera avec succès lors de la crise géorgienne.

En 2022, le président Macron, lui, n'exercera pas la présidence du Conseil européen, stable depuis 2009, aujourd'hui exercée par le Belge Charles Michel. Ce sont seulement ses ministres qui présideront les Conseils des ministres spécialisés de l'UE. Formellement, le Président se limitera à une présentation des priorités de la PFUE le 19 janvier ainsi qu'à un bilan fin juin devant le Parlement européen. 

Lire aussi - SONDAGE. 29% des Français veulent une Europe plus intégrée, contre 50% des Italiens et 43% des Allemands

La capacité d'entraînement ne sera pas non plus la même. Fraîchement élu, en se faisant le promoteur de l'intérêt général européen et d'une présidence citoyenne, Nicolas Sarkozy avait réussi à faire de sa PFUE un exercice transpartisan, engageant en amont les partis politiques et les sociétés civiles française et européenne à ses côtés. Symboliquement, sur proposition du Premier m...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles