Présidence française de l'UE : qu'attendent les entreprises ?

·1 min de lecture
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP

La France a pris, le 1er janvier dernier, la présidence de l'Union européenne pour six mois. Une première depuis 14 ans. Sa devise : "relance, puissance, appartenance". Les entreprises françaises comptent bien peser sur cette présidence bleue, blanche et rouge de l'UE. La preuve : fin novembre, le Medef a réuni tous les patronats européens, soit 40 fédérations, qui ont défini leurs priorités.

>> LIRE AUSSI - Covid : le nouveau dispositif d'aides pour les entreprises est-il suffisant ?

Certaines ont des objectifs de court terme, comme régler les problèmes d'approvisionnement en simplifiant les procédures douanières. D'autres, ont des visées à long terme, comme l'harmonisation des règles au sein de l'UE, notamment sur les marchés publics.

Les PME ont peur d'être délaissées

"La solution, c'est d'intégrer des critères extra-économiques, extra-financiers, dans les appels d'offres. Et là on vient parler de RSE en particulier, sur la Responsabilité sociale et sociétale de l'entreprise. Des critères qui feraient qu'aujourd'hui nous puissions avoir une certaine forme de préférence, ne serait-ce que sur l'impact sociétal pour l'embauche d'apprentis ou de jeunes, ou sur l'impact environnemental", explique Emeric Oudin, le président du Cercle des jeunes dirigeants.

>> LIRE AUSSI - Présidence de l'UE : «L'Europe sera au cœur» de la présidentielle, selon un spécialiste

Dans les plus petites structures, on se sent éloigné du sujet jugé trop technocratique. C'est d'ailleurs pour...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles