Présidence française du Conseil de l'UE : pourquoi la France ne pourra pas avancer sans l'Allemagne

·1 min de lecture

La France affiche des ambitions élevées lors de cette présidence du Conseil de l'Union européenne qui s'articule autour du triptyque "relance, puissance, appartenance". L'occasion aussi pour Emmanuel Macron d'affirmer son leadership politique sur la scène européenne à l'heure où l'Allemagne vient de tourner la page Merkel. La nouvelle coalition "feu tricolore" dirigée par le social-démocrate Olaf Scholz affiche également des ambitions pro-européennes importantes. Peut-on parler de nouveau souffle pour le couple franco-allemand?

La France et l'Allemagne ont su montrer la voie de la relance

Davantage encore après le Brexit, la France et l'Allemagne restent le moteur de l'intégration européenne. Pourtant, les deux pays ont souvent eu du mal à agir ensemble. La crise du Covid-19 et le contexte de tensions croissantes entre les grandes puissances ont mis en évidence la nécessité de progresser rapidement sur plusieurs sujets : la politique financière et budgétaire, le Pacte vert, la défense et la sécurité, notamment.

Retrouvez ici le carnet de bord de la présidence française de l'UE

Les questions financières et budgétaires ont longtemps été un point de discorde entre la France et l'Allemagne. Réputée frugale et intransigeante au plus fort de la crise grecque, l'Allemagne d'Angela Merkel a cependant su faire des compromis et laisser le rôle de défenseur de l'orthodoxie budgétaire à d'autres, notamment aux Pays-Bas, à la Finlande et à l'Autriche dans la crise du Covid-19. L'Allemag...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles