Avec la présidence Biden, la "liberté" retrouvée des conseillers santé de la Maison-Blanche

·2 min de lecture

Anthony Fauci et Deborah Birx, deux des conseillers santé de la Maison-Blanche, n'ont pas caché leur joie avec l'arrivée du nouveau président, qui a promis d'écouter les experts sur la pandémie de Covid-19.

Sa main pour cacher son incompréhension et le visage baissé : en mars dernier, le docteur Anthony Fauci n'avait pas réussi à complètement dissimuler son ressenti lors d'un point presse quotidien tenu par Donald Trump, en pleine pandémie de Covid-19. Le président américain venait de surnommer le secrétariat d'État -équivalent du ministère français des Affaires étrangères- «le secrétariat d'État profond», évoquant un soi-disant complot contre lui mené par les diplomates voulant l'empêcher de «drainer le marécage» de Washington. Moins d'une semaine après l'investiture de Joe Biden, le directeur de l'Institut des maladies infectieuses, qui a conseillé sept présidents républicains comme démocrates, n'a pas caché sa joie d'avoir un nouvel interlocuteur à la Maison-Blanche. Jeudi, face aux journalistes qui l'interrogeaient sur les différences entre Donald Trump et Joe Biden, le médecin a assumé : «Une des nouveautés de cette administration est que lorsqu'on ne connaît pas la réponse, on n'essaie pas de la deviner. On dit simplement qu'on ne connaît pas la réponse.» Puis, évoquant la défiance assumée du milliardaire envers la communauté scientifique, il a ajouté : «L'idée de pouvoir être ici, de parler de ce que l'on sait, de ce qu'est la science... C'est en quelque sorte libérateur. [...] Je ne prenais aucun plaisir à devoir contredire le président.»

La coordinatrice de l'équipe de lutte contre la pandémie, le docteur Deborah Birx, a elle changé de ton après le changement d'administration. Interrogée dimanche sur CBS News, la médecin et diplomate a révélé avoir «vu le président présenter des graphiques» sur lesquels elle n'avait pas travaillé : «Quelqu'un créait une série de données et de graphiques alternatifs qui étaient(...)


Lire la suite sur Paris Match