Présence en Russie et projets en Afrique : ce qui est reproché au « plan climat » de TotalEnergies

© AFP

Les faits. Actionnaires bloqués devant la salle Pleyel, militants enchaînés à ses portes, slogans scandés haut et fort : l’assemblée générale du groupe TotalEnergies ne s’est pas déroulée dans la sérénité ce mercredi. Deux cent militants écologistes sont venus faire entendre leurs griefs à l’énergéticien français, empêchant certains actionnaires d’accéder à la salle. Lors de cette AG, finalement organisée à huis-clos et en ligne, ces derniers devaient se prononcer sur la stratégie climat de l’entreprise. Elle a été adoptée à 89% aux alentours de 13 heures. Et c'est son contenu qui déplaît aux manifestants. Un collectif d'actionnaires de TotalEnergies, représentant 0,78% du capital, avait déposé une résolution demandant au groupe de se conformer à l'accord de Paris sur le climat, mais elle n'a finalement pas été inscrite à l'ordre du jour, le conseil d'administration l'ayant rejetée.

Ce qui pose problème. De façon générale, les opposants jugent TotalEnergies « totalement irresponsable » car il continue à exploiter pétrole et gaz, malgré les appels des scientifiques à réduire drastiquement l'usage des énergies fossiles pour lutter contre le réchauffement climatique. Les ONG réclament « des engagements concrets et immédiats » de la part de TotalEnergies et la fin de tout nouveau projet d'énergies fossiles.

"

On peut vouloir dénoncer le mal, mais il faut aussi regarder ce que nous pouvons apporter

"

Plus précisément, deux dossiers cristallisent les critiques : premièrement, Tota...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles