Comment préparer sereinement le retour au bureau quand tout est flou

Sofiane Zaizoune

Loin d'un déconfinement total et clair, le 11 mai relance la machine à flou. Comme à l'annonce du confinement, chacun avance à tâtons et doit s'adapter en permanence. Mais, dans un monde en crise, cette compétence pourrait bien devenir la plus précieuse de toutes, au-delà de la pandémie.

Les écoles rouvrent, mais pas complètement. On pourra à nouveau se déplacer, mais il faudra limiter les interactions. On pourra retourner au bureau, mais pas tous en même temps. Dans ce cas, pourquoi alors rester en télétravail, si on peut aller au travail à pied ? Les questions et les incertitudes sont nombreuses à l'approche du 11 mai, début d'une nouvelle phase de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Le 15 mars, à l'annonce du confinement, la consigne était claire : rester chez nous et passer en télétravail si possible. Mais la sortie s'avère autrement plus complexe.

"Nous avons une double grille de lecture, résume Céline Orjubin, cofondatrice et PDG de la newsletter et des box My Little Paris. Il y a les salariés dont la présence est indispensable, et dont il faut assurer la sécurité sanitaire, et ceux qui n'en peuvent plus d'être enfermés chez eux, qui aimeraient revenir, ne serait-ce qu'une journée par semaine. Nous devons faire attention à tous à la fois." Un équilibre subtil à tenir, même pour une entrepreneure chevronnée. "En douze ans de carrière, je pensais avoir tout vu, le manque de trésorerie, le risque d'hyper croissance ou la fermeture d'un bureau à l'étranger, sourit Céline Orjubin. De toute évidence, j'ai manqué d'imagination."

À lire aussi" Comment préparer dès à présent son retour au travail après le confinement ?

De l'imagination, il va en falloir pour adapter ses bureaux aux règles de sécurité. De la ressource, aussi, pour rester à distance de ses collègues, déjeuner en solitaire, désinfecter toute surface (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Réouverture des écoles : la carrière des mères actives sous pression
Un été 2020 pas comme les autres : "Je préfère partir dans de bonnes conditions plutôt que de partir à tout prix"
Cerveau en pause : le déconfinement devra d'abord être psychologique
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame